PAC : le Parlement adopte une réforme injuste et inefficace de la politique agricole commune

20 novembre 2013
Mercredi 20 novembre, le Parlement européen a adopté les Règlements de la nouvelle Politique agricole commune (PAC). Pour les écologistes, c’est une réforme ratée : les grandes exploitations céréalières vont continuer à toucher des centaines de milliers d’euros chaque année au détriment des éleveurs ou des petites exploitations. Au moment où l’Union européenne traverse une crise économique et sociale sans précédent, le versement de subventions illimitées est amoral, dénonce José Bové.
José Bové, vice-président de la commission de l’agriculture du Parlement européen s’est ainsi exprimé après le vote:

« Je dénonce le manque de respect des pratiques démocratiques qui caractérisent ce vote final sur la PAC. La décision du Président du Parlement européen, Martin Schulz, de faire voter directement en bloc les textes consolidés pour que les derniers amendements déposés ne soient pas discutés et mis au vote a empêché le débat politique et va à l’encontre de l’esprit du Parlement européen.

J’ai refusé de voter les Règlements de la PAC car le compte n’y est pas. L’absence de plafonnement des aides est insupportable. Les grandes exploitations céréalières vont continuer à toucher des centaines de milliers d’euros chaque année alors que d’autres secteurs comme l’élevage dans les zones de montagne ne reçoivent que des miettes. Au moment où l’UE traverse une crise économique et sociale sans précédent, le versement de subventions illimitées est amoral.

Aujourd’hui, le Parlement européen a suivi la volonté du Conseil européen de renationaliser la PAC. L’Europe a sabordé la seule politique commune que nous avions réussi à mettre en place en permettant aux Etats membres d’imposer les mesures les moins contraignantes pour l’agro-industrie. La concurrence entre les différentes régions de l’Union s’en trouve exacerbée. C’est la porte ouverte au dumping social et au renforcement d’un modèle productiviste qui va droit dans le mur comme le montre l’effondrement de l’économie agricole de la Bretagne en France.

La main tendue par le Commissaire européen à l’Agriculture, Dacian Ciolos, pour trouver des solutions aux difficultés que nous traversons, comme la perte d’emploi dans les campagnes et surtout le réchauffement climatique, a été ignorée par une large majorité au Parlement européen et au Conseil et je le déplore.

Les égoïsmes nationaux et les intérêts des lobbys ont primé sur l’intérêt général et la mise en place de la souveraineté alimentaire en Europe. Une fois encore ce sont les petits paysans, l’agriculture familiale, les consommateurs et l’environnement qui vont payer les pots cassés. La logique de la concurrence l’a emporté sur l’esprit de solidarité. »

Partager cet article

Un commentaire

  • Mickael dit:
     - 

    C’est insupportable de voir que l’Union Européenne constituer de gens élus par personne s’immisce dans les affaires du pays et décide qui à le droit et qui n’a pas le droit de subventions … Moi j’appelle ça de la corruption maquillé en aide. Si les médias n’étaient en train de marteler que l’Union Européenne est indispensable et que les subventions sont des « aides » personne n’accepterait une imposture pareil !!! Car ce ne sont pas des plans de relance que les états financent pour les banques mais du rachat de dette de courtier et de spéculateur au service des multinationales. Au prétexte d’accorder des « aides » ces gens se permettent de décider des lois dans notre pays alors même qu’ils ne sont élu par personne … Je rappelle également que constitutionnellement L’Union Européenne n’existe pas car le peuple Français à refusé la constitution européenne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*