Partenariat UE-Canada ou l’obsession du libre-échange

10 décembre 2013
Le Parlement européen vient d’adopter un rapport sur le partenariat stratégique entre l’Union européenne et le Canada. Pour Yannick Jadot, eurodeputé EELV, ce texte présente à tort le libre-échange comme principal élément d’une association transatlantique et ignore ses conséquences négatives pour les modèles sociaux, environnementaux ou politiques des pays concernés. Communiqué.
« Si ce rapport rappelle l’importance des sociétés civiles et des normes sociales et environnementales pour les deux partenaires, il place en revanche le libre-échange au cœur de ce partenariat avec toutes les conséquences potentiellement négatives pour les modèles sociaux, environnementaux ou politiques des deux côtés de l’Atlantique.

Alors que le président de la Commission, José Manuel Barroso, et le Premier ministre Harper ont signé un accord de libre-échange le 18 octobre dernier, ni les parlementaires ni les citoyens n’ont encore eu accès au contenu de celui-ci. Il semble cependant que sur les marchés publics, la santé, les services publics, l’interdiction de l’importation de sables bitumineux ou encore l’agriculture, l’accord privilégie les intérêts des grandes groupes à ceux des citoyens.

De même, le droit des investisseurs est scandaleusement renforcé : ainsi, tout investisseur mécontent d’une nouvelle législation, locale, régionale, nationale ou européenne pourra demander, devant un tribunal arbitral, des compensations financières pour les bénéfices non réalisés. Enfin, la Commission européenne explique que cet accord de libre-échange est un test grandeur nature de ce que serait l’accord de libre-échange avec les États-Unis. Cette opacité est un déni de démocratie inacceptable qui en dit long sur le type de partenariat politique envisagé avec le Canada. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*