Pesticides néonicotinoïdes : le Parlement européen reste ferme sur leur interdiction

22 juin 2017
Les pesticides néonicotinoïdes sont en partie responsable du fort déclin des population d’abeilles. Nous prônons leur interdiction depuis longtemps. A l’occasion d’un vote, le Parlement européen a tenu tête aux lobbies et rappelé sa position très ferme sur le sujet. Réaction de Michèle RIVASI.
 
La Commission Environnement, santé publique et sécurité alimentaire (ENVI) du Parlement européen se prononçait ce jeudi 22 juin 2017 sur 3 objections déposées par une députée européenne conservatrice britannique afin que le Parlement européen prenne position contre l’extension et le renforcement du champ d’interdiction de 3 pesticides néonicotinoïdes. Une écrasante majorité d’élus européens (8 pour, 43 contre, 7 abstentions) s’est opposée à cette manœuvre rappelant le soutien clair du Parlement européen à l’interdiction de ces substances connues pour leurs effets mortels sur les pollinisateurs.

Pour Michèle RIVASI, membre de la Commission ENVI :

« C’est un camouflet pour l’industrie chimique qui tente de rentrer par la petite porte pour défendre ses produits. Les députés européens ne se sont pas laissés fourvoyer, éclairés par les nombreuses études sur leurs effets sanitaires et environnementaux et la campagne européenne menée pendant plusieurs années par les apiculteurs, la société civile et les écologistes.

Nous attendons désormais de l’Agence européenne de sécurité des aliments qu’elle interdise définitivement l’ensemble de ces produits chimiques. Les derniers chiffres sur les populations d’abeilles et la production de miel en France* viennent nous rappeler également que la bataille pour la préservation des pollinisateurs et des écosystèmes nécessite d’en finir avec l’agriculture productiviste et industrielle. »

Plus d’Informations
* Une synthèse publiée par France Agri Mer le 7 juin 2017
http://www.lafranceagricole.fr/r/Publie/FA/p1/Infographies/Web/2017-06-08/SYN-MIEL-Observatoire%20miel%20et%20GR%202016.pdf

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*