Sahara occidental : Le PSE se plie aux exigences des autorités marocaines

17 décembre 2009
Ce jeudi 17 décembre 2009, le Parlement européen avait à son ordre du jour la question du Sahara occidental et en particulier le cas de la militante sahraouie Aminatou Haidar, dont l’état de santé s’est détérioré après plus d’un mois de grève de la faim.

Un débat suivi d’une résolution était prévu à partir de 15h00 or le Président du Groupe socialiste, Martin Schulz, est intervenu en séance plénière pour demander le retrait de l’ordre du jour de cette question après avoir été en contact du Ministres des Affaires étrangères marocain.

Pour Mme Nicole Kiil-Nielsen, députée du Groupe des Verts/ALE et membre de la commission des Affaires étrangères du PE » il est inacceptable que le Maroc intervienne dans l’agenda du Parlement européen et encore plus inacceptable que le PSE le permette. C’est la seconde fois que le gouvernement marocain interfère dans l’agenda du Parlement européen. Les Groupes politiques du PE se sont pourtant réunit hier, près de 3h00, afin de parvenir à un texte de compromis, la réaction intempestive du Président du PSE laisse quelque peu perplexe. »

Voici pour information l’intervention que souhaitait faire Mme Kiil-Nielsen cet après-midi:

Le combat pacifique et dénué de toute concession d’Aminata Haidar nous rappelle la cause oubliée du peuple Sahraoui et plus particulièrement la résistance courageuse des femmes qui jouent un rôle prépondérant dans cette société, notamment sur le plan social: santé, éducation des enfants dans le respect de l’identité, de la culture et des traditions sahraouies. Une mission très difficile face aux forces d’occupation marocaines qui s’efforcent sans relâche d’absorber la culture sahraouie.

L’Union Nationale des Femmes Sahraouies compte aujourd’hui plus de 10 000 membres dans les camps de réfugiés à Tindouf, dans les zones occupées ou libérées du Sahara occidental. L’Union essaie de venir en aide aux femmes en déployant d’énormes efforts pour atténuer leur calvaire face aux enlèvements, tortures et emprisonnements qu’elles subissent de la part des autorités marocaines d’occupation.

Les femmes sahraouies ont une place unique dans le monde arabo-musulman au sein d’une société qui leur accorde une grande place. Après avoir dénié au peuple Sahraoui, son existence même en le qualifiant de « simples tribus », les autorités marocaines dénient aux femmes toute indépendance politique. Nous sommes hélas habituées à cet argument de « l’instrumentalisation des femmes » dès qu’elles affirment leur autonomie.

Concernant Aminatou Haidar c’est intolérable. Cette femme est connue de longue date pour son implication dans la lutte pour l’indépendance du peuple Sahraoui. Elle a entre autres passé 4 ans dans les prisons marocaines attendant en vain d’être jugée, elle a subi diverses tortures physiques et psychologiques. Aminatou Haidar mérite notre respect et l’Union européenne doit exiger du gouvernement marocain que son passeport lui soit restitué.

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.