Une loi hongroise sur les médias qui soulève toujours de vives inquiétudes

10 mars 2011
Le Parlement européen vient d’adopter une résolution au sujet de la loi hongroise sur les médias. Malgré les changements négociés avec la Commission européenne, les eurodéputés estiment que la liberté d’expression et le pluralisme sont toujours menacés. Communiqué de presse de Daniel Cohn-Bendit.
S’exprimant à l’issue du vote, Daniel Cohn-Bendit, co-président du groupe des Verts/ALE a estimé que :

« En adoptant cette résolution, le Parlement européen fait savoir qu’il maintiendra la pression afin de garantir le respect des droits fondamentaux de l’UE dans tous les Etats membres. La liberté des médias fait partie de ces droits. Le texte adopté aujourd’hui précise que la nouvelle loi hongroise sur les médias constitue toujours une grave entrave à la liberté des médias, malgré les changements obtenus en accord avec la Commission européenne.

Il est vraiment regrettable que la Commissaire Neelie Kroes se soit contentée d’accepter quelques modifications superficielles, qui ne changent en rien le contenu de la loi qui reste problématique. Les amendements adoptés par les autorités hongroises ne touchent pas aux dispositions principales de la loi sur les médias, dispositions qui mineront la liberté des médias en Hongrie: notamment, le fait que l’Autorité des médias et le Conseil soient si puissants et fort politisés. Cela placera les médias sous contrôle politique et permettra à l’Autorité des médias et le Conseil d’appliquer des sanctions disproportionnées et extrêmes pour des raisons discutables et arbitraires. Cette loi concerne tant la radio, la télédiffusion, que la presse écrite et les médias en ligne, sur la même base, sans distinction et exige que tous les médias soient enregistrés. Elle nuira également à l’indépendance de la chaîne de télévision publique.

Effectivement, cette loi a été conçue avec l’intention de limiter les activités des médias en Hongrie et de limiter tout examen critique du gouvernement. Ceci est en conflit direct avec les principes de base de l’UE, tels qu’annoncés dans les Traités et dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. La Commission et le Conseil doivent, sur base de ceci, continuer à faire pression afin de parvenir à la révision ou au retrait complet de la loi. Le Parlement européen a clairement demandé à la Commissaire, Neelie Kroes, de ne pas céder au gouvernement hongrois sur cette question cruciale. »

Partager cet article

Un commentaire

  • Marcel SIMON dit:
     - 

    Bravo, ne faiblissez pas sur ce point de liberté d’expression, fondamental dans toute démocratie.

    En France, ouf, il nous reste le canard enchaîné, marianne, médiapart et quelques autres. En Italie, berlusconi détient un nombre important de médias.
    En Hongrie, c’est directement la main mise sur les médias par le pouvoir politique

    A quand une loi européenne garantissant la liberté d’expression et l’interdiction pour un président ou un premier ministre et aux membres de leur gouvernement, d’être actionnaire d’un média.
    Même si cette loi ne passe pas aujourd’hui, défendez là quand même auprès du parlement elle sera ainsi peut-être adoptée un jour.
    Marcel SIMON
    EELV Evenos Var