Visite au centre d’accueil pour mineurs isolés étrangers France terre d’Asile à Paris

19 mai 2010
C’est accompagnée de Catherine Bourgeois (Conseillère Régionale de la région Nord – Pas de Calais), Monique Delannoy (La belle étoile de Calais) et de Philippe Wannesson (Terre d’errance) qu’Hélène Flautre a pu visiter le centre d’accueil de jour géré par l’association France Terre d’Asile et financé par l’Etat et par l’Aide sociale à l’Enfance départementale.
L’association a ouvert début avril ce centre qui, sur ses 650m², peut accueillir jusqu’à 95 personnes en étant ouvert cinq jours par semaine. La majorité de ces mineurs, près de 60%, sont des Afghans, très peu de jeunes filles sont recensées. FTDA apporte assistance à ces jeunes mineurs en échangeant sur leur projet de vie et en les aidant à devenir autonomes, notamment par des cours de langue française. Des partenariats avec le privé, notamment les entreprises d’habillement, contribuent à améliorer les conditions d’accueil. Pour appuyer ce centre d’accueil de jour, FTDA gère un centre d’accueil de nuit à Paris de 25 places (AMIE) et s’appuie également sur des dispositifs plus précaires car d’urgence, comme celui hôtelier.

Pour les rencontrer, des maraudes sont organisées là où ces mineurs isolés sont habitués à se rendre, en collaboration avec des associations de la région parisienne. Toutefois, le manque de moyens et de structures d’accueil conduit à une sélection qui amène à exclure injustement un grand nombre de ces mineurs. De même, les parcours migratoires de ces jeunes les conduisent souvent à craindre toute forme d’autorité, même associative. Pour eux, aucune structure adaptée n’existe.
Ensuite, le bénévolat reste une des composantes importantes du bon fonctionnement de ce type de centre, ce qui fait reposer une fois de plus cette mission de service public sur la bienveillance de citoyens. Enfin, si la plupart de ceux qui sont passés par ce type de centre seront régularisés à leur majorité, le reste des mineurs qui n’ont pas connu un tel accueil se voient brutalement plongés dans la clandestinité avec le couperet menaçant de l’expulsion.

Après avoir visité les locaux, Hélène Flautre et ses accompagnants se sont entretenus avec Pierre Henry, Président de FTDA, pour faire le tour de la situation et échanger sur la possibilité de créer un centre de ce type sur le Calaisis où les carences des structures de premier accueil et de suivi de ces jeunes sont flagrantes. Cette visite est également l’occasion de s’enquérir davantage de la situation des mineurs isolés étrangers à la lumière du plan d’action de l’Union européenne proposé par la Commission le 6 mai dernier.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*