Pour la reconnaissance et la valorisation du volontariat dans l’UE

12 juin 2012
L’année européenne du Volontariat 2011 fut l’occasion de donner un coup de projecteur sur le volontariat et de donner l’opportunité au monde associatif d’établir ses recommandations pour un bien-être volontaire. Aujourd’hui le Parlement veut aller plus loin : il cherche à garantir l’accès à l’engagement volontaire pour tous les citoyens.

Malika Benarab-Attou : Strasbourg, 11 juin 2012 par EurodeputesEE

Le rapport de M. Scurria présenté au Parlement européen cette semaine souligne l’importance de garantir l’accès à l’engagement volontaire pour tous les citoyens, chacun devant avoir le droit de contribuer à sa manière pour faire vivre les espaces de gratuité et de solidarité dans sa localité. Un « passeport de compétences » pourrait attester de l’expérience acquise dans le cadre du volontariat. Ces compétences devraient être reconnues dans le parcours professionnel ou de formation, estiment les députés.

Le volontariat et l’action associative dans son ensemble représentent un antidote aux dérives du marché et au risque d’exclusion d’une part de la population à bénéficier des biens et services fondamentaux.

Malika Benarab-Attou, eurodéputée EELV et membre de la Commission culture, « shadow-rapporteur »* sur le sujet, déclare :

« A ce propos, le rapport est très clair. Il ne faut pas faire du volontariat un nouveau plan d’activation avec des emplois précaires. Il faut différencier clairement la valeur du volontariat gratuit par rapport aux activités lucratives. »

Le rapport souhaite encourager les Etats membres à reconnaître les droits des bénévoles et à utiliser la Charte européenne des droits et responsabilités des volontaires comme point de référence pour l’élaboration des législations nationales.

Malika Benarab-Attou poursuit :

« Dans ce rapport, les Etats membres sont invités à prendre toutes les mesures adéquates pour favoriser l’accès au volontariat des migrants et des minorités, qui sont les premières victimes du chômage dans tous les pays membres de l’UE. Le volontariat peut favoriser leur insertion en facilitant l’accès au marché du travail ou à une formation, mais aussi en les aidant à développer une expérience et des savoirs. »

La dimension du bénévolat des migrants et des minorités comme vecteur d’intégration sociale et professionnelle et comme levier pour consolider et développer la société ne doit donc pas être sous-estimée.

* Malika Benarab-Attou a été chargée de préparer la position du groupe des Verts-ALE et a suivi le travail du rapporteur du rapport, Scurria.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*