Des marchés financiers plus sûrs et mieux encadrés

4 février 2014
Le Parlement européen vient d’adopter la directive et le règlement sur les abus de marché qui encadrent et définissent les sanctions administratives et pénales en cas de délit d’initié et de manipulation des cours. Ces textes prévoient que les fraudeurs, traders ou dirigeants, encourent de deux à quatre ans de prison. Une victoire des institutions européennes pour l’eurodéputé EELV Jean-Paul Besset.
Pour Jean-Paul Besset, eurodéputé EELV :

« Ces dernières années, de nombreux cas de délits d’initié et de manipulation de marché ont essaimé en Europe, du cas Lagardère en France à la manipulation du LIBOR par de grands groupes bancaires. Pour que les hors-la-loi financiers soient mis hors d’état de nuire, il est crucial que les sanctions qu’ils encourent soient très fortes et que les gendarmes des marchés financiers soient efficaces et puissants.

Lors des négociations, les écologistes se sont battus pour que les sanctions, tant pénales qu’administratives, soient les plus fortes possibles et que le champ d’application (inclusion des indices boursiers, des dérivés) ne laisse aucune faille réglementaire aux délinquants financiers. De plus, les Etats-Membres pourront appliquer des peines de prison et des sanctions financières plus lourdes, selon les cas. En se donnant des armes juridiques pour punir les abus de marché, l’Europe envoie encore une fois un signal fort à une finance qui se croyait trop longtemps intouchable. »


Partager cet article

Un commentaire

  • raudou dit:
     - 

    Etant tres choquee par les abus financiers je pense e que mettre simplement les fraudeurs en prison est dérisoire

    Il faut les y laisser jusqu’à ce qu’ils aient remboursé la totalité de ce qu’ils doivent sinon c’est trop facile et pendant ce temps là le peuple rembourse leurs malversations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*