CETA : déni de démocratie et danger pour la santé, l’environnement, le climat et l’élevage

21 septembre 2017

En attendant sa ratification définitive par les États-Membres, le CETA est entré en vigueur officiellement le jeudi 21 septembre. Une triste nouvelle à bien des égards.

Déclaration de Yannick JADOT, Vice-Président de la Commission « Commerce international » du parlement européen et porte-parole des Verts/ALE sur CETA/TAFTA :

« L’application provisoire du CETA n’est pas seulement un déni de démocratie puisque les parlements nationaux n’ont pas ratifié l’accord.
Elle est également un danger immédiat pour la santé, l’environnement, le climat et l’élevage. La Commission d’experts installée par le Président Macron confirme ces risques.
 
Au moment où la communauté internationale se mobilise face aux conséquences dramatiques du dérèglement climatique, il est irresponsable de mettre en œuvre un accord climaticide.
Au moment où les Européens doutent de la capacité de l’Europe à les protéger, il est inacceptable de transférer notre souveraineté démocratique aux firmes multinationales.
 
Nous demandons aux États de suspendre cette mise en œuvre et de saisir la Cour de justice de l’UE, dans la foulée de la saisine belge, pour vérifier la compatibilité du CETA avec le droit européen.»
 

Partager cet article

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*