Au sommet de Varsovie, il faut défendre l’intérêt général contre les intérêts privés

18 novembre 2013
Le samedi 16 novembre, des milliers de citoyens polonais rejoints par des militants de l’Europe entière ont manifesté à Varsovie à l’appel du parti écologiste. Malgré une forte présence policière, la société civile a haussé le ton pour demander aux délégués présents à la table des négociations climatiques de l’ONU de trouver un accord juste et ambitieux d’ici 2015. Un accord qui permettrait aux 195 Etats signataires de la Convention-cadre des Nations-unies sur le changement climatique de maintenir le réchauffement en dessous des 2 °C.

Les délégués installés à la tribune du COP 19 ne doivent pas oublier qu’ils représentent les peuples, et donc l’intérêt général et celui de l’humanité… ce qui n’est pas le cas des entreprises qui sponsorisent le sommet et défendent quant à elles leurs intérêts privés et commerciaux. Non seulement ces dernières pillent les précieuses ressources naturelles de nombreuses régions du monde, mais elles empêchent le développement de nouvelles sources d’énergies alternatives et renouvelables… et la création de milliers d’emplois verts. Aujourd’hui, plusieurs institutions scientifiques – et même le Pentagone ! – soulignent la menace que représente le changement climatique pour la paix et la sécurité dans le monde. Le dernier rapport du GIEC confirme que ce réchauffement est la conséquence des activités humaines et de notre addiction aux énergies fossiles.

Pendant ce temps… le gouvernement polonais affiche la couleur en organisant, en marge du sommet onusien, un « sommet du charbon », qui a lieu les 18 et 19 novembre. En demandant aux entreprises les plus polluantes de la planète de sponsoriser le COP 19, il leur permet également, et de manière très provocatrice, de divulguer leur propagande. La vision du monde qu’elles véhiculent dans leur communication externe (la création d’emplois, une énergie meilleure marché, l’indépendance énergétique…) est faussée et ne prend pas en compte les conséquences environnementales, sociales ou pour la santé publique de leurs activités fortement émettrices de gaz carbonique.

Alors qui défend-t-on vraiment à Varsovie ? L’humanité ou les industries pétrolières ? Pour contrer les arguments avancés par les délégués polonais et ces soutiens industriels, les eurodéputés Verts/ALE ont eux organisé à leur tour un contre-événement pour entendre et faire entendre la voix des citoyens polonais sur la transition énergétique et le rôle de leurs gouvernants au sein des négociations internationales. Plus de 300 personnes des quatre coins de la Pologne, mais aussi de Hongrie ou de Belgique étaient présentes.

– Pour suivre le Sommet de Varsovie en direct, connectez-vous au site Stopclimatechange.net et au compte Twitter des Verts/ALE dédié au réchauffement climatique
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*