Droit à l’eau : le Parlement européen a l’occasion de défendre une position forte et ambitieuse

Après 10 mois de négociations intensives, le Parlement européen votera le 23 octobre une révision de la directive sur l’eau potable, qui n’a pas été modifiée depuis 20 ans. Cette révision vise à assurer que tous les citoyens aient un robinet à ouvrir et que lorsqu’ils ouvrent le robinet, leur eau est bien potable et sans danger pour leur santé.

Les députés prendront des décisions sur des questions importantes, notamment sur les mesures que les États membres devront prendre pour garantir la qualité de l’eau potable, garantir son accès à tous les citoyens européens et réduire l’usage des bouteilles plastiques d’eau minérale.

Ce projet de réforme fait suite  à une initiative citoyenne européenne (ICE) Right 2 Water : une pétition signée par plus de 1,8 million de citoyens européens. Elle défend le caractère public de l’eau : l’eau ne peut pas être une marchandise, c’est un droit humain fondamental. Lors du vote sur un rapport précédent, le Parlement européen s’était félicité de cette ICE et de son appel en faveur d’un droit véritable à l’eau.

Trois ans plus tard, la Commission européenne réagit à cette initiative citoyenne européenne (pour la première fois de son histoire par voie législative). La proposition de la Commission comprend une liste de mesures obligatoires que les États membres doivent prendre pour améliorer l’accès universel à l’eau dans l’UE, avec des garanties spécifiques pour les populations vulnérables et marginalisées telles que les réfugié-e-s, les sans-abris et les communautés Roms. La Commission propose également d’améliorer la qualité de l’eau potable. Elle veut allonger la liste des bactéries ou des produits chimiques qui ne peuvent pas se retrouver dans l’eau qui coule de nos robinets.

Avec un projet de loi aussi important sur la table, nous appelons nos collègues eurodéputé.e.s à adopter une position forte et ambitieuse sur le droit à l’eau.

Plus précisément, l’enjeu est de taille puisque certains de nos amendements ont été rejetés de justesse du fait du conservatisme du rapporteur PPE en commission de l’environnement et de la santé publique. L’adoption de ces amendements montrerait que le Parlement européen prend au sérieux les points de vue des citoyens et que nous pensons qu’il n’est inacceptable que les citoyens de l’UE – quels qu’ils soient – n’aient pas accès à l’eau potable.

Le Parlement devrait au moins s’aligner sur l’ambition de la Commission européenne à cet égard. Et il ne devrait pas diluer les mesures susceptibles de contribuer à l’instauration d’un droit véritable à l’eau potable dans le droit de l’UE, avec des obligations claires pour les États membres d’agir en ce sens. Nous croyons que chaque être humain a le droit d’avoir accès à une eau potable, propre et salubre.

Partager cet article

2 commentaires