Fin du changement d’heure : la Commission des transports se prononce pour 2021

4 mars 2019

La Commission des transports du Parlement européen a adopté sa position sur la directive qui régit le changement d’heure en Europe et s’est très largement prononcée en faveur de l’abandon de celui-ci. Les États membres devront se décider entre heure d’hiver et heure d’été d’ici à avril 2020. Réaction de Karima DELLI.

Le dernier changement d’heure devrait avoir lieu en mars 2021. Les États membres doivent encore adopter au sein du Conseil leur position sur la directive ce qui compromet sérieusement les chances qu’un possible accord interinstitutionnel soit trouvé d’ici la fin de la mandature.

Réaction de Karima DELLI, Présidente de la Commission des transports du Parlement européen :

« Suite à la Résolution du Parlement européen de février dernier et à la participation des 4,6 millions de citoyens à la consultation européenne portant sur ce sujet, la Commission des transports, au fond sur ce dossier, s’est prononcée, sans surprise, en faveur de la fin du changement d’heure.

On le sait, le changement d’heure ne répond plus à son objectif initial en termes d’économie d’énergie et a des effets néfastes notamment sur la santé et la sécurité routière avec un pic de 40% d’accidents en plus au passage de l’heure d’hiver. Il était grand temps d’agir !

Le choix entre heure d’hiver et heure d’été restera la prérogative de chaque État membre. Il est primordial que ce choix se fasse en consultation avec les citoyens et que les États se coordonnent afin d’éviter que l’Europe ne se divise en un véritable patchwork

On peut par exemple penser aux habitants de régions transfrontalières qui vont travailler en Allemagne ou ailleurs et l’impact que cela pourrait avoir sur eux. Si les États membres choisissent des fuseaux horaires différents cela aurait également un impact en termes de logistique dans les transports et particulièrement dans le domaine de l’aviation, c’est pourquoi le Parlement insiste sur une nécessaire coordination entre les États membres. »

 

Partager cet article

3 commentaires

  • Heures dit:
     - 

    Il est primordial que les États se coordonnent afin d’éviter que l’Europe ne se divise en un véritable patchwork.
    On peut par exemple penser aux habitants de régions transfrontalières qui vont travailler en Allemagne ou ailleurs et l’impact que cela pourrait avoir sur eux. Si les États membres choisissent des fuseaux horaires différents cela aurait également un impact en termes de logistique dans les transports et particulièrement dans le domaine de l’aviation, c’est pourquoi le Parlement insiste sur une nécessaire coordination entre les États membres. »
    oui, c’est normal les états n’ont pas le droit de choisir et les citoyens sont débiles, ils ne savent pas lire l’heure. Franchement, les pays n’ont déjà pas les mêmes horaires de travail, alors c’est déjà différent. Et les entreprises gèrent sans difficultés les heures différentes dans le monde entier. Faut arrêter de dramatiser pour rien.

  • Jean CHARLES dit:
     - 

    C’est triste de voir une élue écologiste européenne tout faire pour foutre en l’air le changement d’heure, qui est pourtant une mesure
    1) écologique, car en mettant le milieu de la journée de la plupart des gens (14h) au milieu de la journée solaire (12h), l’heure d’été permet de vivre plus longtemps à la lumière du jour en été, d’où des économies d’éclairage qui, même diminuées par l’usage des LED, sont gratuites; cet avantage n’existe pas en hiver car les jours sont plus courts que notre durée d’éveil, d’où la nécessité du changement d’heure, qui n’est pas là juste pour emmerder le peuple! De l’aveu même de la Commission, les éléments de preuve sur les prétendus effets négatifs (répétés à satiété par Karima DELLI, sans doute sous l’influence du lobby anti-heure d’été) du changement d’heure sur la santé, la sécurité routière ou l’agriculture ne sont pas concluants.
    2) pro- européenne car l’action de K.D. va conduire à l’abandon d’une politique coordonnée à l’échelle européenne au profit d’une liberté laissé aux Etats de faire ce qu’ils veulent (sauf changer d’heure bien sûr!),
    comme on le voit dans d’autres domaines. Je croyais que les Verts étaient contre cette tendance à l’affaiblissement de l’UE….
    N’y avait-il pas, pour une présidente écologiste de la commission des transports du PE, de combat plus urgent à mener dans son domaine que de s’en prendre au changement d’heure? Peut-être que celui-ci était plus facile à gagner (et qu’importe la pagaille que ça risque de provoquer)…
    Ne pouvant cautionner cette contribution des Verts à cet affaiblissement et ne pouvant décemment voter pour quelqu’un qui va dégrader notre qualité de vie à partir de 2021 (l’été si l’Etat français opte pour l’heure d’hiver toute l’année, l’hiver s’il choisit l’heure d’été), moi qui ai toujours voté « Verts » à l’élection européenne resterai chez moi le 26 mai. Dommage!

  • CAROFF Paul dit:
     - 

    L’heure d’été perturbe l’horloge biologique d’autant plus que vous vivez loin du méridien de Greenwich. Qui pourrait le contester?
    Si vous vivez dans le Finistère par exemple, les enfants qui se couchent à 20h heure d’été parce qu’ils vont à l’école le lendemain, se couchent en fait à 20h moins deux heures moins vingt-cinq mn, car Quimper est à 25 mn à l’ouest de Greenwich. Ils se couchent donc à 17h35, alors qu’il fait jour jusqu’à 23h. Normal qu’ils protestent, ne s’endorment pas et soient fatigués. Quant aux personnes âgées dans les EPAHD, on leur sert le repas du soir à 17H heure d’été donc à 14h35 heure solaire. Il faut vraiment être sans pitié pour accepter de contribuer ainsi avec désinvolture à la maltraitante des personnes âgées. Ces deux exemples sont flagrants, il y en a d’autres. À trop s’éloigner de la nature, il en résulte un prix à payer.