hélène Flautre sur France Info_Syrie: une solidarité à géométrie variable

13 janvier 2013
Les Syriens n’ont pas eu de répit. 22 mois de guerre civile ont déjà fait plus de 60.000 morts. Le bain de sang continue, l’aide humanitaire a toujours du mal à être acheminée, et la solidarité dont témoignent les Européens est à géométrie variable.
Les Syriens n’ont pas eu de répit. 22 mois de guerre civile ont déjà fait plus de 60.000 morts. Le bain de sang continue, l’aide humanitaire a toujours du mal à être acheminée, et la solidarité dont témoignent les Européens est à géométrie variable. En tout cas largement insuffisante, regrette l’eurodéputée verte Hélène Flautre, qui appelle la France à jouer un rôle moteur, comme elle l’a fait au niveau politique, et à accueillir au moins autant de réfugiés que l’Allemagne ou la Suède.

Depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011, plus de 60.000 personnes ont été tuées et, selon l’ONU, le nombre de Syriens enregistrés comme réfugiés dans les pays voisins (notamment en Turquie, au Liban et en Jordanie) et en Afrique du Nord a augmenté de plus de 100.000 en un mois, pour dépasser les 600.000 personnes. Une situation d’autant plus inquiétante qu’en dépit des précautions prises pour affronter l’hiver, « beaucoup de réfugiés hébergés ou non dans des camps sont confrontés au froid et à l’humidité », souligne le HCR, le Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés.

Les pays arabes remplissent leur mission de protection

A la frontière avec la Jordanie, beaucoup arrivent pieds nus, couverts de boue et de neige. Ils se retrouvent entassés avec leurs enfants dans des camps, ravagés par des pluies diluviennes. Désespérés, certains préfèrent retourner en Syrie.

Selon le HCR, la Jordanie, qui compte 176.600 réfugiés syriens, est prête à en accueillir jusqu’à 280.000. Environ 200.000 sont enregistrés au Liban, plus de 153.000 en Turquie, 69.000 en Irak, 13.000 en Egypte, et plus de 5.000 en Afrique du Nord.

L’ Europe ne doit pas rester une forteresse pour les Syriens

Pour l’eurodéputée Hélène Flautre, présidente de la délégation à la commission parlementaire mixte UE-Turquie, qui a visité plusieurs camps à la frontière turque, la vraie réponse est évidemment politique, aussi bien pour régler la crise humanitaire que pour mettre enfin un terme au conflit . Mais en attendant, alors que les dernières négociations à Genève n’ont pas permis d’avancée significative, la priorité est d’acheminer l’aide de manière plus efficace, en s’appuyant sur les canaux locaux. Et « surtout », insiste la députée européenne du groupe des Verts, d' »accueillir les réfugiés chez nous en Europe ».

Hélène Flautre explique que ce serait au bureau d’asile européen de faire la tournée des pays, d’évaluer leur capacité d’accueil et de le coordonner, d’harmoniser les divers statuts et assurer les aides, afin de mettre en place une véritable politique d’accueil européenne. Elle souligne que « la France est loin du compte », en comparaison avec des pays comme l’Allemagne ou la Suède.

L’Union doit sortir de l’illégalité

« Il faut que l’Union européenne sorte de l’illégalité », martèle Hélène Flautre, « qu’elle cesse d’empêcher les réfugiés syriens de se rendre sur le territoire européen, en érigeant des barrières et en déroulant des barbelés, comme par exemple à la frontière gréco-turque. Ce ne sont pas des migrants illégaux », insiste-t-elle, « ce sont des réfugiés, et à ce titre ils bénéficient automatiquement du droit de demander protection et asile à l’Union européenne ».

Intervention d’hélène Flautre sur France Info :


http://www.franceinfo.fr/europe/l-europe-au-quotidien/syrie-une-solidarite-a-geometrie-variable-859261-2013-01-13

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*