Le climat et les renouvelables : bouc-émissaires des lobbies énergétiques ?

19 mars 2014
Les futures politiques énergétiques et climatiques seront débattues lors d’un sommet européen les 20 et 21 mars 2014. Il est désormais urgent qu’un cadre réglementaire ambitieux encourage les Etats-membres à agir contre le réchauffement de la planète.
Pour Yannick JADOT, eurodéputé EELV :

« Aujourd’hui, les premiers effets du changement climatique se font ressentir dans toute l’Europe. Cette dernière semble pourtant découvrir les risques de sa dépendance et de son gaspillage énergétique. Nos politiques européennes doivent être à la hauteur des défis qui nous font face. Les propositions de la Commission européenne pour le paquet Energie-Climat à l’horizon 2030 de janvier dernier ne répondent pas à l’urgence climatique et témoignent même d’un recul d’ambition par rapport aux décisions prises en 2008 sur la transition énergétique.

Alors qu’un consensus semblait émerger depuis plusieurs années sur le couple efficacité énergétique-renouvelables comme piliers de la transition énergétique européenne, la Commission européenne a plié sous les coups de boutoir des lobbys des énergies fossiles et nucléaire ! Cyniquement le Royaume-Uni et la Pologne instrumentalisent la crise ukrainienne pour imposer le gaz de schiste, coûteux et terriblement polluant. Ainsi, la Commission a mis en avant des objectifs édulcorés de 40 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre, un objectif pour les renouvelables à 27 %, sans clé de répartition nationale – très en dessous du potentiel fantastique de ce secteur et aucune réflexion sur le rôle de l’efficacité énergétique dans cette transition !

Ce Conseil doit symboliser la volonté des Etats-membres de casser avec les logiques centralisées de l’énergie et une mainmise insupportable des lobbys sur nos futurs choix énergétiques et climatiques, et soutenir une véritable transition énergétique, citoyenne, génératrice d’emplois et protectrice de notre environnement !

Oui, le débat sur la politique en matière de climat et d’énergie post 2020 est difficile. Oui la peur d’une répercussion du coût des énergies non traditionnelles rend frileux et les industries craignent pour leur avenir. Mais cette peur est instrumentalisée et relève le plus souvent du mythe ! Surtout elle masque tous les bénéfices attendus. A l’horizon 2030, les objectifs défendus par les Verts/ALE sont ambitieux et réalistes : plus de 45 % pour les renouvelables et plus de 40 % d’efficacité énergétique aiderait l’Europe à s’engager dans la transition énergétique, créant des millions d’emplois peu ou non délocalisables dans des centaines de milliers de Petites et moyennes entreprises (PME). N’oublions pas le rendez-vous de 2015 où la France accueillera la Conférence sur le climat (COP21) qui doit aboutir sur un accord contraignant mondial de nos politiques climatiques. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*