Non classé

Auditions des Commissaires européens : L’ironie du sauvetage de M Canete

2 octobre 2014
Au lendemain du grand oral du Commissaire désigné à l’Energie et au Climat devant le Parlement européen, les groupes parlementaires se trouvent divisés sur le sort à donner à la candidature de Miguel Arias Canete. Il faudra attendre lundi prochain pour être fixé.

Pour Michèle Rivasi, Présidente de la délégation EELV, l’audition n’a pas répondu aux nombreuses interrogations qui subsistent sur la capacité de M. Canete à assumer les fonctions que Jean-Claude Juncker souhaite lui confier:

« M. Canete est incompatible éthiquement et politiquement avec la fonction de commissaire européen à l’Energie et au Climat. Il n’a pas réussi à apaiser nos graves préoccupations au sujet de ses possibles conflits d’intérêts. Loin d’être transparent, il n’a jamais été en mesure de distinguer son rôle de responsable politique de celui d’homme d’affaires lorsqu’il a évoqué sa carrière. Si sa connaissance des sujets est indéniable, ses choix pour l’avenir énergétique de l’UE s’avèrent en contradiction totale avec une vision durable de l’approvisionnement énergétique européen, mais absolument en ligne avec les intérêts commerciaux d’industries dont il est proche. Pour le groupe des Verts/ALE, sa candidature est clairement insoutenable et nous continuons de faire pression pour que les autres groupes politiques en prennent acte et exigent son remplacement.

Engagés dans un accord tacite avec le PPE, les socialistes ont mis du temps à réagir sur les problèmes que soulève la candidature de M. Canete. Ils craignent que M. Moscovici – commissaire désigné à l’Economie et aux Finances, à la Fiscalité et à l’Union douanière – ne devienne une victime collatérale du rejet de la candidature de M. Canete. Ces pratiques ne sont pas dignes de responsables politiques. En tant que parlementaires européens, nous devons juger les candidats à la Commission sur leur probité, leur compétence et leur projet politique. L’audition de M. Canete a clairement démontré qu’il n’était pas à la hauteur.

En 2015, l’Union européenne et la France accueilleront le Sommet mondial sur le climat, sensé déboucher sur un accord contraignant et ambitieux pour lutter contre le changement climatique au niveau international. Quel signal terrible enverrait l’Europe à ses partenaires en étant représentée par M. Canete dans ces négociations?!

Dès l’annonce de cette nouvelle commission, le groupe Verts/ALE au Parlement européen avait fait part de son scepticisme, entre plaisanterie et provocation. En fin tacticien, M. Juncker a peut-être tout simplement envoyé en pâture MM. Canete, Hill et Navracsics en comptant sur un accord politique entre conservateurs et socio-démocrates pour qu’ils soient finalement maintenus. Ceci ne serait absolument pas digne de la démocratie européenne que réclament nos concitoyens. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*