C’est quoi ce produit spéculatif qui fait rugir Mélenchon?

12 avril 2012
« Inacceptable », « danger menaçant »… depuis quelques jours, plusieurs politiques, parmi lesquels Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly, tirent à boulet rouge sur un nouveau produit financier lancé par la Bourse de Francfort. Le 16 avril prochain, l’Eurex, filiale de la Deutsche Börse, va en effet proposer à ses clients des contrats dérivés sur la dette française.

Ces contrats à terme, dits « futures » dans le jargon des financiers, ont au départ pour objectif de répondre au souci des investisseurs de se couvrir contre une trop forte variation des prix. Ainsi, un agriculteur qui craint une baisse des prix du blé après la moisson va vendre sa récolte au prix du marché à un instant T, mais plusieurs mois avant la délivrance réelle de l’objet. L’acheteur, qui mise de son côté sur une hausse des prix, ne le paiera que beaucoup plus tard, à la date du terme. Concrètement, ces produits financiers évoluent comme le contrat sous-jacent (dans notre cas, l’obligation d’Etat française), mais par principe seuls les frais de transaction sont versés au moment de la signature du contrat. D’où le risque spéculatif qu’ils comportent.

La suite ici.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*