Conférence de presse suite au cessez-le-feu de l’ETA du 10/01/2011

21 janvier 2011
Le groupe d’amitié Basque salue l’annonce par l’ETA d’un cessez-le-feu général et permanent, vérifiable par la communauté internationale.

Nous tenons à souligner l’importance de ce cessez-le-feu : ETA a répondu à la fois la demande de la Déclaration de Bruxelles [i] et à celle de l’Accord de Gernika [ii]: Cette réponse positive permet au Groupe de contact international, ICG [iii] de commencer ses travaux.

Il ouvre un chemin d’espoir pour la société basque, un chemin qui nous l’espérons, amènera à une paix juste et durable.

Pour ces raisons, la déclaration de l’ETA doit être comprise comme une étape cruciale pour la paix au Pays Basque et, une fois de plus, nous ne devons pas oublier que la paix au Pays Basque, c’est la paix au cœur de l’Europe.


(Tatjana Zdanoka, Oriol Junqueras, François Alfonsi, Bairbe de Brun, Catherine Grèze)

Aussi porteuse d’espoir qu’est cette situation, nous aimerions souligner les points suivants:

1. Nous comprenons que la gauche abertzale doit être légalisée pour qu’un processus de pourparlers multipartites puisse avoir lieu. Nous croyons également que les politiques pénitentiaires et de sécurité doivent être adaptées à la nouvelle situation et utilisées comme des outils pour la résolution du conflit plutôt que de sa perpétuation.

2. En tant que Députés européen, nous voulons rappeler la motion sur la question basque que le Parlement européen a approuvé en Octobre 2006 et nous soulignons le rôle que, à notre avis, les institutions européennes devraient jouer. Le Parlement a invité la Commission à prendre les mesures appropriées pour promouvoir la paix au Pays Basque.

3. En outre, les institutions européennes devraient commencer à agir et à se préparer à la résolution du conflit : le cas irlandais est un exemple montrant comment l’Europe peut aider à surmonter des situations difficiles : le programme européen PEACE a été considéré comme un facteur important de la réconciliation en Irlande. l’Europe doit également collaborer à la résolution du conflit basque.

Enfin, en ce cinquième anniversaire de la création du Groupe d’amitié Basque, nous tenons à renouveler notre engagement à œuvrer en faveur d’un processus de paix au Pays Basque, et nous encourageons nos collègues ainsi que la société basque à faire de même.

Le Groupe d’amitié Basque
Strasbourg, le 19 Janvier 2011

[I] Le 29 Mars 2010 Brian Currin a présenté une déclaration internationale approuvée et signée par des personnalités internationales sur la question de la résolution du conflit au Pays basque. La conférence de presse a eu lieu à Bruxelles et il est de notoriété publique qu’elle avait été animée par Frieda Brepoels, Députée européenne N-VA et membre du Groupe d’amitiés. Plus d’information :

http://www.n-va.be/filesdefaultgeneratedblikvangerendorsers_basque_peacestatement.pdf

[Ii] Le 25 Septembre 2010 5 partis politiques et 23 représentants de la société civile ont approuvé à Gernika un accord sur des conditions démocratiques minimales. Cet accord liste ces conditions et a donné les principes et le contenu sur lesquels le dialogue politique et la négociation doivent être fondées.

http://www.ezkerabertzalea.info/doku/bakebidean-en.pdf

[Iii] Le 12 Novembre 2010 Brian Currin a annoncé le mandat du Groupe de contact international.

http://issuu.com/basquepeaceprocess/docs/mandate_and_role_of_the_international_contact_grou

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*