Traité de libre-échange avec les États-Unis : conservateurs, libéraux et socialistes refusent le gel des négociations !

18 novembre 2013
Yannick JADOT, eurodéputé EELV, a demandé aujourd’hui au Parlement européen d’inscrire à l’ordre du jour de la séance plénière un débat sur la suspension des négociations de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis, compte tenu de l’ampleur du scandale de la NSA toujours pas élucidé. Cette demande a été rejetée par 184 voix contre et 79 voix pour.
Pour Yannick JADOT, député européen et porte-parole des Verts sur les négociations de libre-échange avec les États-Unis:

« Alors que le scandale de la NSA se poursuit et s’amplifie, que les libertés fondamentales des citoyens européens sont quotidiennement bafouées, que les indignations factices ou sincères des dirigeants européens n’ont entraîné aucune explication sérieuse de l’administration américaine, le Parlement européen avait l’opportunité de rappeler qu’il est le garant des libertés fondamentales et de la démocratie en Europe et d’envoyer un signal politique fort aux États-Unis. Malheureusement, pour les conservateurs, les libéraux et les sociaux-démocrates, les intérêts des multinationales semblent primer sur les droits des citoyens européens. C’est affligeant.

La négociation TAFTA (*) se poursuit sur un double déni démocratique : les dirigeants européens refusent aux citoyens l’accès au contenu des négociations alors que s’y jouent leurs choix de société ; les États-Unis peuvent continuer à nous espionner sans que la négociation, y compris sur la protection des données personnelles, soit interrompue. Les mêmes qui font ce choix s’offusquent en même temps de la montée des populismes ! Cherchez l’erreur. Le cynisme et l’arrogance de l’administration américaine sont sans limite puisqu’elle refuse même que la Commission européenne transmette aux Etats-membres les documents de négociation produits par les américains. »

(*) Zone de libre-échange transatlantique (transatlantic Free Trade Area, TAFTA)

Partager cet article

Un commentaire

  • Mireille JUBERT dit:
     - 

    Le péril sur nos services publics qui défendent le bien commun est issu de ce traité transatlantique avec les Etats-Unis auquel, nous citoyens, n’avons pas accès et dont les députés européens ne semblent pas prendre conscience. Comment nos concitoyens vont-ils voter quand ils vont comprendre ce qui se trame dans cette histoire-là ? il est sur qu’ils vont se reporter sur l’extrême-droite qui ne va pas manquer de leur montrer comment la commission européenne se moque des intérêts des peuples et des Français en particulier. Vous, les Verts européens attelez-vous à convaincre vos collègues députés du danger. MJ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*