Daniel Cohn-Bendit : « Si on se fie aux doutes de Madame Merkel, on va dans le mur »

16 novembre 2011
Une ligne de téléphone directe entre Bruxelles et Berlin ne fait pas une Europe unifiée. Pour Daniel Cohn-Bendit qui s’est adressé ce mercredi 16 novembre à Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, le président du Conseil européen et celui de la Commission européenne, les Etats-membres ne doivent pas démissionner de leur rôle politique en Europe. Une partie de la dette européenne doit être mutualisée via l’émission d’euro-obligations. « Je demande de remettre Keynes à Bruxelles », a lancé le co-président du groupe des Verts/ALE dans l’hémicycle, encourageant les investissements écologiques et dénonçant du même coup la politique économique de l’Allemagne basée sur l’export. Vidéo.
Partager cet article

Les commentaires sont fermés.