Des écologistes en concert à la BNP

10 décembre 2015
Accompagnés de José BOVÉ, près de 150 militants écologistes ont investi le 9 décembre une agence de la BNP Paribas à Paris pour dénoncer les investissements de la banque dans les énergies fossiles et le maintien de ses filiales dans les paradis fiscaux. Libération est revenu sur cette action non violente en marge de la COP 21.

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut parler à son banquier en écoutant un concert altermondialiste. Ce privilège était réservé mercredi après-midi aux rares clients de l’agence BNP Paribas située place de l’Opéra à Paris, dont le hall d’accueil a été joyeusement investi par près de 150 militants d’Action non violente (ANV) et d’Alternatiba, venus dénoncer les «activités polluantes» du groupe.

Au milieu d’une foule de gilets jaunes et verts à l’effigie des deux ONG, le député européen écolo José Bové et le chanteur Kaddour Hadadi d’HK & les Saltimbanks, un fidèle d’Alternatiba, ont repris les chansons phares du groupe – «On lâche rien», «Niquons la planète» et «Sans haine, sans armes, sans violence» – pendant que trois militants déployaient une banderole aux initiales de la BNP : «Banque Niquons la Planète».

«On est ici pour dénoncer les principaux ennemis du climat : pétroliers, banques, etc. Pour une fois, on va pas faire de tri», explique Gilles, 62 ans, venu du Gard. Dans un discours rodé, une habituée des actions de l’ANV raconte : «La BNP Paribas soutient un modèle de développement insoutenable, finance des entreprises du charbon et ose poser son logo sur la COP 21. C’est à cause de ces multinationales que les négociations patinent.»

La suite sur Libération.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*