Des mesures ambitieuses contre la galère des jeunes Européens

13 mai 2011
Le Parlement européen vient d’adopter un rapport sur l’initiative « Jeunesse en mouvement ! » qui est une des lignes directrices de la Commission européenne établies en vue de 2020. Pour Karima Delli, membre de la commission de l’emploi et des affaires sociales, l’emploi mais l’éducation et la formation doivent s’intégrer dans une seule et même politique.
« Les jeunes Européens sont dans la galère ! Qu’il s’agisse d’accès à l’emploi, à l’éducation, aux services sociaux, il s subissent un véritable bizutage social ! Nous devons leur redonner confiance dans l’avenir avec des réponses ambitieuses et adaptées.

Je me réjouis que le Parlement ne considère plus l’inclusion des jeunes uniquement par le prisme de l’emploi, mais plus globalement à travers l’éducation et la formation. A ce titre, je soutiens la demande adressée à la Commission européenne d’un Livre vert sur la participation des jeunes.

Nous appelons à éliminer les discriminations liées à l’âge dans l’accès à la protection sociale, comme pour le revenu de solidarité active en France véritablement accessible seulement à partir de 25 ans. Enfin les stages ne doivent pas se substituer à des emplois à part entière et doivent s’assortir d’une rémunération et d’une protection sociale suffisantes. C’est un élément clé pour garantir l’autonomie émancipatrice des jeunes.

Ce rapport soutient l’idée que la mobilité doit être accessible pour tous, et je m’en réjouis. Aujourd’hui, la mobilité concerne essentiellement les étudiants, mais elle doit être encouragée pour les jeunes travailleurs et les jeunes en formation professionnelle. Il serait regrettable de diviser les jeunes européens entre une élite éduquée, polyglotte, confiante dans l’avenir, et une catégorie de jeunes laissés pour compte. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*