En marge de la campagne d’Eva Joly : Deux victoires à savourer

16 avril 2012
Deux belles victoires sont venues ensoleiller la fin d’une campagne plutôt terne. Première victoire, le non-renouvellement avant le terme légal du 11 avril du permis de recherche pour des forages pétroliers en Méditerranée, ce qui entraîne de facto la fin des projets actuels ; et, deuxième victoire, l’annonce de la décision gouvernementale d’approvisionnement en gaz naturel de la Corse, pour les deux centrales électriques de Lucciana et d’Aiacciu, avec une phase transitoire au fioul léger pour Lucciana.
La situation difficile de Nicolas Sarkozy à la veille du premier tour de l’élection présidentielle explique pour beaucoup cette conversion soudaine sur ces deux dossiers qui mobilisent les défenseurs de l’environnement depuis des mois, et même, sur la question énergétique corse, depuis des années. Tout comme d’ailleurs la situation électorale difficile des deux députés sortants de l’UMP, à Bastia et Portivechju, face à Gilles Simeoni et Jean Christophe Angelini, donne à ces deux annonces une explication assez claire, ceci étant dit sans rien enlever à l’engagement de Sauveur Gandolfi-Scheit dans le dossier de Lucciana.

Mais, quelles que soient les motivations, savourons les résultats obtenus. Qui aurait parié emporter le combat contre le fioul lourd à Lucciana, quand le Collectif de riverains tenait sa première réunion dans l’indifférence générale, puis quand le Préfet de Haute Corse signait en faveur d’EDF le permis de mettre des moteurs au fioul lourd malgré nos protestations, tandis que l’Assemblée de Corse n’avait pas encore pris la position ferme qui a été la sienne par la suite ?

A Bastilicaccia, la lutte menée par les associations Aria Linda et a Sintinella a été à l’origine de toute cette mobilisation, de la lutte résolue et démocratique qui a conduit l’Assemblée de Corse à mener les études nécessaires, et à prendre des positions de plus en plus fermes. Désormais, la décision de réaliser l’approvisionnement en gaz naturel de l’île via le projet Cyrénée qui va relier Bastia-Lucciana, la Plaine, Portivechju, le Valincu et Aiacciu est prise. En termes d’aménagement du territoire, cette mise à disposition d’une énergie moins chère et beaucoup moins polluante pour toutes ces micro-régions sera un atout essentiel. Et pour les sites d’implantation des deux centrales électriques, les bénéfices pour la santé publique et l’environnement seront énormes pour les générations à venir.

C’est là une victoire considérable à saluer comme il se doit, même s’il faut encore vérifier que l’annonce faite, en pleine période électorale, pour que le fioul léger soit utilisé comme combustible transitoire à Lucciana avant l’arrivée du gaz, est bien concrète et définitive.

Lors de la venue sur le site de Bastilicaccia de la candidate écologiste il y a un mois, plus de 200 personnes étaient là, et cette mobilisation a pesé sur le dossier. Tout comme la présence d’Eva Joly, couverte par les télévisions tenues par les règles d’égalité de temps de parole, lors de la manifestation en mer à Brégançon a mis la question des forages en Méditerranée à l’avant-scène de la campagne présidentielle.

Si certains s’interrogeaient encore sur l’intérêt d’avoir une candidate écologiste à l’élection présidentielle, ces deux belles victoires donnent une réponse sans appel. C’est parce que nous avons pu peser sur l’élection présidentielle que ces succès ont finalement été arrachés. Et, en toute logique, nous ferons dimanche prochain le geste qui convient en faveur de la candidate Eva Joly.

Certes nous serons un nombre encore trop limité d’électeurs à s’extraire de la pression médiatique des champions des grandes messes où la démagogie bat son plein. Mais ce vote démocratique et conscient restera pour l’avenir : pour que l’écologie politique continue sa route et pour que les combats futurs puissent recevoir à nouveau son soutien décisif, et pour que les positions fermes et concrètes d’Eva Joly en faveur d’une solution politique au problème corse reçoivent l’écho le plus important possible. Dimanche, pas d’hésitation possible : il faut soutenir Eva Joly !

François ALFONSI

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*