Fin de la trêve hivernale : les locataires les plus pauvres risquent l’expulsion

18 mars 2010
A la mi-mars, la trêve hivernale est levée et les locataires en difficulté peuvent de nouveau se faire expulser de leur logement. En pleine année européenne de lutte contre la pauvreté, Karima Delli, eurodéputé Europe écologie, a apporté son soutien aux associations d’aide aux mal-logés en direct du Parlement de Bruxelles.
Au milieu des tentes rouges de la Caravane des Mal-logés posées sur le parvis du Parlement européen de Bruxelles, quelques députés et des associatifs se sont réunis pour évoquer la crise du logement, mercredi 18 mars. En cette saison, ce sont entre 30 000 et 40 000 ménages qui risquent l’expulsion en France, selon le Resel, Réseau Stop aux Expulsions de Logement.


par EurodeputesEE

« C’est bien beau de chercher les moyens de sortir les personnes de la rue. Mais le plus simple reste de ne pas les y précipiter. Il faut en finir avec les expulsions », lance à ce propos Karima Delli, qui est coordinatrice de la campagne de lutte contre la pauvreté des eurodéputés Verts/ALE du Parlement européen. « Ce sont les populations les plus fragiles qui subissent de plein fouet la hausse vertigineuse des loyers et des charges », poursuit-elle.

Son objectif : faire enfin reconnaitre la Charte européenne du logement adoptée en 2006 et créer un fond structurel européen spécifique consacré à la réhabilitation et la rénovation des logements, principalement pour les plus pauvres.

Pour en savoir plus : le site du Réseau Stop aux Expulsions de Logement

Et en Europe : quelle place pour la question du logement dans les politiques sociales européennes ? La réponse de l’Inter-groupe Urban Logement.

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.