Hausse du prix du pétrole : réorienter les subventions vers la pêche durable

12 mai 2011
Dans une résolution sur l’impact de la hausse des prix du pétrole et ses effets sur le secteur de la pêche, la majorité du Parlement européen a voté aujourd’hui pour davantage de subventions pour couvrir le coût du carburant dans le secteur de la pêche. Le Groupe des écologistes au Parlement européen a rejeté cette demande.
Jean-Paul Besset, membre de la Commission Pêche a estimé que :

« Confrontés à la baisse des ressources halieutiques, les pêcheurs sont dans une situation difficile et doivent retenir toute notre attention. L’Europe s’est donnée pour objectif de les aider à ajuster les capacités de flottes, aujourd’hui excédentaires, en fonction du niveau des stocks de poissons. Il s’agit de leur donner les moyens de s’orienter vers une pêche durable, seule condition à la pérennité de leur métier. »

« Subventionner le carburant des bateaux – déjà détaxé – c’est encourager la reproduction d’un mode de pêche et d’un système énergétique condamnés. Les subventions au secteur de la pêche doivent être prioritairement orientées vers l’aide à la reconversion des moyens de pêche, en particulier avec des bateaux et techniques de pêche économes en énergie. La cohérence politique de lutte contre le changement climatique et de réduction des consommations énergétiques ne peut pas être contredite par des mesures circonstancielles. »

Strasbourg, le 12 mai 2011


Pêche et hausse du prix du pétrole : réorienter… par EurodeputesEE

Texte de l’intervention

« Monsieur le Président, je dois dire que je suis assez satisfait par la réponse de Mme la commissaire Damanaki à cette question des conséquences de l’augmentation du prix du pétrole pour les pêcheurs.

Parce que nous sommes confrontés à une vraie question de cohérence politique de l’Union européenne, à une tendance structurelle lourde, à savoir l’augmentation du prix du pétrole du fait de sa rareté – dont nous savons tous, ici, qu’elle est inscrite durablement –, nous ne pouvons pas apporter une réponse conjoncturelle et circonstancielle en augmentant les subventions en fonction des aléas du prix du pétrole. Il s’agit d’une question de logique politique. L’Union européenne doit rester ferme sur les principes et les objectifs qu’elle s’est fixés, à savoir la priorité de la lutte contre le réchauffement climatique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre dues aux combustibles fossiles.

Il s’agit donc de ne pas envoyer de signal inverse, de ne pas mener une politique contradictoire. Ce n’est pas aider les pêcheurs que de pérenniser un système énergétique condamné qui, inévitablement, les condamnera à leur tour. Il convient plutôt de leur permettre la reconversion de leurs moyens de pêche, de réorienter les facteurs de production sur des outils économes en énergie. Les subventions doivent être orientées dans ce sens et non pas dans un soutien conjoncturel en fonction des fluctuations du prix du pétrole. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*