La Commission facilite l’accès au financement pour booster l’emploi des jeunes

4 février 2015
Lancée en 2013 et en vigueur depuis janvier 2014, »l’initiative pour l’emploi des jeunes » vise à renforcer la lutte contre le chômage des moins de 25 ans dans les régions où il touche plus de 25% d’entre eux. Afin d’accélérer sa mise en oeuvre et de faciliter l’accès aux fonds, la Commission européenne a proposé ce mercredi 4 février l’ajout d’une clause au règlement sur le Fonds social européen permettant d’augmenter les montants du préfinancement issu du budget communautaire pour l’année 2015. Un coup de pouce en particulier pour la France, l’Espagne et l’Italie.

Pour Karima Delli, membre de la commission emploi et affaires sociales:

 » Il a fallu attendre le séisme de la crise et des politiques d’austérité pour que les états adoptent la « garantie jeunesse » prévoyant d’offrir un emploi, une formation, un stage ou un apprentissage à tous les moins de 25 ans, au plus tard 4 mois après la perte d’un emploi ou la fin des études.

La proposition déposée aujourd’hui par la Commission européenne est l’occasion pour ces pays de soutenir activement les acteurs intéressés en leur procurant les ressources et moyens financiers nécessaires au succès de leurs projets.

La mise à disposition de l’argent est une première étape. Son utilisation intelligente et efficace une seconde qui requiert des structures et administrations nationales capables d’absorber ces fonds.

Ce n’est qu’à ces conditions que les jeunes deviendront les réels bénéficiaires du programme européen pour l’année 2015. »

Pour Terry Reintke, shadow rapporteure, membre de la Commission emploi et affaires sociales :

« Cette initiative de la Commission européenne est plus que bienvenue quand on sait que 7 millions de moins de 24 ans sont sans emploi, ne suivent ni études ni formations (NEETs) et qu’ils sont particulièrement menacés par la pauvreté ou l’exclusion. Un chômage endémique particulièrement sévère pour les jeunes qui sont deux fois plus touchés que leurs aînés.

Cette proposition d’augmenter le préfinancement de manière substantielle est exceptionnelle et permettra aux états membres de lancer rapidement des projets en faveur de l’insertion des jeunes.

La balle est donc dans le camp des états membres. Tout d’abord au niveau du Conseil où ils devront donner leur feu vert et éviter les blocages habituels. Et, en second lieu, au niveau strictement national en lançant dès que possible des appels d’offre tout en accordant des délais raisonnables aux organisations de jeunesse pour élaborer leurs propres projets en faveur de l’emploi. Enfin, en veillant à ce que les fonds disponibles soient effectivement mis à disposition pour financer ces projets. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension