Le Parlement européen demande des mesures de soutien à la création d’emplois verts

8 juillet 2015
Alors que le Parlement européen a adopté un rapport écologiste sur les emplois verts, Karima DELLI revient sur l’importance d’exploiter les pistes concrètes qu’il propose pour procurer aux acteurs de l’emploi un degré de prévisibilité utile afin de mettre en place les formations ou les investissements dans ces secteurs et stimuler l’emploi dans les zones rurales et périurbaines.
 
Commentant le vote, Karima DELLI, eurodéputée membre de la commission Emploi et Affaires sociales du Parlement européen, déclare:

« Le potentiel de création d’emplois de la transition écologie est aujourd’hui partagé par beaucoup, y compris au sein de la Commission européenne. Ce rapport va plus loin en apportant des propositions concrètes et en proposant des mesures claires pour transformer durablement notre économie et créer des emplois de qualité à long terme.

Ce rapport souligne que la mise en œuvre des mesures d’efficacité et de sobriété énergétiques de l’UE existantes pourrait créer jusqu’à 2 millions de nouveaux emplois, et 3 millions supplémentaires dans le secteur des énergies renouvelables. Un cadre politique clair pourrait aussi procurer aux acteurs de l’emploi un degré de prévisibilité utile afin de mettre en place les formations ou les investissements dans ces secteurs et stimuler l’emploi dans les zones rurales et périurbaines. Car rappelons-le une fois encore, les emplois verts sont des emplois non-délocalisables.

L’économie circulaire est une autre source concrète d’emplois verts, c’est pourquoi le rapport demande à la Commission européenne d’honorer son engagement à faire une nouvelle proposition en la matière d’ici la fin de 2015. En revanche, on ne peut que regretter que les eurodéputés de droite et du centre aient rejeté les propositions pour alléger la fiscalité du travail au profit d’une véritable fiscalité écologique, ainsi que celle visant à mettre fin aux subventions publiques en faveur des secteurs polluants. Elles auraient pourtant pu aider à créer de nouveaux emplois verts.

Enfin, parce que le succès de la transition verte dépendra aussi de la façon dont les entreprises existantes s’adaptent aux nouvelles circonstances, les fonds européens pourraient jouer un rôle en ce sens. A charge pour la Commission européenne et le Conseil de présenter des propositions concrètes pour faire exploser le potentiel de création d’emplois verts et durables. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*