La Tribune: « Il faut rééquilibrer le lobbying et l’expertise sur les questions financières »

2 février 2011
Le « Greenpeace de la finance » voulu par un groupe de députés européens de gauche et de droite, soutenu par une cinquantaine d’ONG et de syndicats, doit voir le jour ce jeudi 3 février. La charte des valeurs et des missions, l’organisation opérationnelle ainsi que le plan de financement de Finance Watch doivent être validés ce jeudi et son lancement opérationnel est prévu d’ici au mois de septembre. Ce contre-lobby, composé d’une douzaine de permanents, sera chargé de contrebalancer l’influence dominante de l’industrie bancaire à Bruxelles.

Pour l’eurodéputé (Europe écologie) Pascal Canfin, initiateur du projet, l’idée est de développer une contre-expertise capable de rivaliser avec celle des lobbies financiers et de sortir les « discussions de l’ombre », à travers des actions de communication grand public. Pour autant, Finance Watch ne sera pas un lobby anticapitaliste.

Pascal Canfin, eurodéputé (Europe écologie) et initiateur du « Greenpeace de la finance »

Pourquoi créer un « Greenpeace de la finance » ?

Nous manquons d’un contre-pouvoir organisé pour sortir des deux impasses actuelles : d’un côté la collusion entre la finance et la politique et de l’autre, la réponse totalement émotionnelle et contre-productive, comme l’appel d’Eric Cantona à retirer son argent des banques. Il faut rééquilibrer le lobbying et l’expertise sur les questions financières. Aujourd’hui, on trouve au sein du comité d’experts de la Commission européenne 14 grandes banques d’investissement. Ce sont elles qui sont le plus consultées pour changer les règles alors même qu’elles sont en partie responsables des dérives… Cela ne peut pas marcher.

Lire la suite: http://www.latribune.fr/journal/edition-du-0202/la-une.html

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*