La fin du triple A américain: quelles conséquences?

7 août 2011
Pour tenter d’analyser les conséquences de la décision de Standard and Poor’s de dégrader la note américaine, il faut s’intéresser aux principaux prêteurs de l’économie américaine, à savoir la Chine et le Japon, puis la banque centrale américaine (la réserve fédérale), puis les épargnants américains.
La Chine et le Japon n’ont rien à gagner à un effondrement du dollar et à une stagnation longue de l’économie américaine. Cela signiferait que les réserves dont ces pays disposent en dollars perdraient une partie importante de leur valeur, et que leurs exportations vers les Etats Unis diminueraient, déclenchant potentiellement des problèmes sociaux, en Chine notamment. La Chine, qui est le premier pays prêteur, pourrait donc continuer à acheter à bas prix des obligations américaines tout en mettant la pression pour que les Etats Unis mettent en place de nouvelles politiques pour diminuer leur déficit public. Et continuer à diversifier progressivement ses achats comme elle a commencé à le faire depuis quelques années en se tournant davantage vers les obligations allemandes ou vers celles émises par le « mécanisme européen de stabilité », renforcé par l’accord européen récent. La conséquence pour nous pourrait être une augmentation de l’euro et une baisse des taux d’intérêt de la dette allemande. Cela signifie que l’écart entre les taux allemands et les autres taux européens (ce qu’on appelle le spread dans le jargon financier) risque d’augmenter. Et avec lui la perception de l’écart de risque entre l’Allemagne et les autres pays européens comme l’Italie ou l’Espagne, aggravant ainsi de manière totalement artificielle la tension dans la zone euro.

Lire la suite sur le blog libé.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*