Le Parlement en faveur de la transparence des étiquetages de poissons

13 septembre 2012
Le Parlement européen a voté le premier rapport [1] de la Réforme de la Politique Commune de la Pêche, cinq autres sont à venir. Le groupe des Verts se félicite d’une première avancée modifiant la directive en vigueur sur l’organisation des marchés qui vise à rendre les étiquetages plus transparents.

Les consommateurs sont dans leurs droits d’obtenir des informations claires sur le poisson qu’ils achètent. Sur propositions du groupe des Verts européens, les informations sur l’état des stocks de poissons, les zones de capture et le type de pêche (le dommageable chalutage de fond ou la pêche de ligne plus sélective et durable) apparaîtront sur les étiquetages. Ces critères sont aujourd’hui indispensables à porter à la connaissance de l’acheteur pour encourager et soutenir un mode de consommation durable.

En revanche, la majorité parlementaire n’a pas soutenu les propositions des écologistes en vue de modifier les subventions sur le stockage et la congélation lorsque les prix du marché sont trop bas. Les écologistes estiment que lorsque le prix du marché n’est pas assez élevé, les bateaux de pêche doivent pouvoir rester au port, le meilleur endroit de stockage des poissons vivants reste encore la mer.

Pour Jean-Paul Besset , membre de la Commission Pêche : » L’enjeu de la réforme de la politique de la Pêche est important pour la ressource, pour les pêcheurs et pour les consommateurs. Les changements structurels collectifs et les changements individuels doivent s’encourager l’un l’autre. Le consommateur est lui aussi acteur du changement. En accédant à des informations claires et pertinentes, il contribue au respect du vivant, au respect des activités nobles de l’exploitation des ressources et à la garantie de la souveraineté alimentaire de populations particulièrement dépendantes aux produits halieutiques comme en Afrique.

La durabilité est le critère de choix de l’établissement de l’économie verte. Davantage de transparence renforce la durabilité des modes de production, la durabilité des modes de consommation et des modes d’alimentation. »

——————————————————————————–

[1] Organisation commune des marchés dans le secteur des produits de la pêche et de l’aquaculture
Rapport: Struan Stevenson (A7-0217/2012)

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*