Le Parlement européen rejette l’Accord de pêche UE – Maroc

14 décembre 2011
En rejetant l’accord de pêche très controversé entre l’UE et le Maroc, le Parlement effectue une avancée majeure, respecte les lois internationales et n’ignore plus les droits de la population sahraouie. La Commission européenne doit désormais revoir sa copie et exclure les eaux du Sahara occidental dans sa nouvelle proposition.
Pour Jean-Paul Besset, membre de la commission Pêche :

« Rejeter cet Accord de Pêche constitue un triple signal positif. Nous sommes en droit d’espérer désormais mettre fin à cette situation scandaleuse d’un Accord désastreux économiquement dans son rapport coût-bénéfice, écologiquement insoutenable puisqu’il contribue à surexploiter les stocks halieutiques en déclin. Cet accord est politiquement injuste dans la mesure où il sacrifie les intérêts de la population sahraouie. Cette victoire est un espoir pour les futures négociations. »

N.B – L’Accord de Pêche UE-Maroc et son Protocole ont été signés en 2005 et sont entrés en vigueur en 2007. De par l’expiration en 2011 du Protocole, la Commission européenne a négocié un renouvellement de l’accord soumis au vote aujourd’hui du Parlement européen. L’actuel accord de pêche entre l’UE et le Maroc permet à la flotte de l’Union européenne de pêcher dans les eaux du Sahara occidental, un territoire non autonome selon l’ONU.

Partager cet article

3 commentaires

  • Anouar ELAZHARI dit:
     - 

    Sur le volet politique je pense que ce rejet constitue un pas en arrière car il n’aide pas à faire avancer le processus de négociations politiques entamé par les NU entre les parties du conflit sur le Sahara. Cela ne va pas aider non plus les population sahraouies en place qui étaient en fait les premiers bénéficiaire de cet accord. Et sur le plan purement juridique et de droit international il faut dire que le Sahara Occidental est, selon les NU, sous administration marocaine et donc le Maroc est dans son plein droit de négocier et de conclure des tels accords au profit de la population locale avant tout sachant bien que le Maroc n’a pas épargné d’efforts pour équiper ces territoires de sud d’infrastructures et de services nécessaires pour permettre à la population en place de vivre décemment, de s’exprimer librement et de pouvoir travailler et produire efficacement.

    J’espère que les eurodéputés des Verts reconsidéreront leur position et comprendront enfin que bloquer un tel accord positif pour des pseudo-raisons juridiques n’est qu’un alibi derrière lequel se cachent des considérations géopolitiques et de lobbying pas du tout innocentes, et surtout nuisibles à l’avenir de la région et de la population locale en premier lieu.

  • jilali boudla dit:
     - 

    Bonjour,
    Voyez vous, les parlementaires européens sont comme dirais je mal voyants, une petite visite aux provinces du sud, oui, provinces du sud du Maroc leur permettraient de voir le développement économique, social qu’a connu la région. Avec quel argent le Maroc finance ces infrastructures ? N’est ce pas que ainsi l’argent de la pêche dans cette région sert à améliorer la vie des sahraouis justement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*