Le Parlement ne soutient pas l’énergie nucléaire dans les pays en voie de développement

2 février 2012
Pour répondre aux défis de la pauvreté et de dérèglement climatique, l’Union européenne doit soutenir des politique énergétiques décentralisées et le développement des énergies renouvelables à petite échelle dans les pays en voie de développement. C’est le message d’un rapport plutôt anti-nucléaire adopté le jeudi 2 février 2012 par le Parlement européen. Réaction de Catherine Grèze, eurodéputée EELV.
Si les eurodéputés votent contre l’utilisation de l’énergie nucléaire dans les pays du Sud, seront-ils également capables de s’y opposer officiellement en Europe ? La question se pose depuis l’adoption, ce jeudi 2 février, du rapport Neuser sur la coopération au développement de l’Union européenne et les objectifs fixés en matière d’accès universel à l’énergie dans le monde d’ici 2030.

Ce texte met l’accent sur les énergies renouvelables, la réduction de la dépendance envers les combustibles fossiles, ainsi que sur une stratégie énergétique décentralisée pour assurer l’accès de l’énergie aux zones rurales. Il exhorte également la Commission et les Etats-membres à ne pas financer ou encourager l’utilisation de l’énergie nucléaire dans les pays en développement ! Le paragraphe qui contient cette demande n’a pas été annulé… malgré le lobbying d’une droite européenne très pro-nucléaire au sein de la commission parlementaire Développement.

Pour Catherine Grèze qui est la coordinatrice des Verts/ALE au sein de cette commission, ce rapport permet également de pointer du doigt les déséquilibres qui existent trop souvent en matière d’investissements énergétiques. « Les infrastructures à grande échelle, soit-disant renouvelables, comme le Barrage de Belo Monte, ne doivent pas être soutenus par l’UE, estime-t-elle. Nous devons garder à l’esprit que ces projets peuvent avoir des impacts sociaux et environnementaux insoutenables. Ils n’augmentent pas l’accès à l’énergie dans les pays pauvres pour lesquelles des sources d’énergie locale à plus petite échelle sont particulièrement bénéfiques. »

Partager cet article

Un commentaire

  • NATHEY K. TETE dit:
     - 

    Il était temps! Le développement de l’Afrique devra passer par la maîtrise de l’électricité, en diversifiant les sources et en investissant uniquement dans des infrastructures de petites tailles à forte valeur ajoutée sociale et économique.
    L’UE doit aider l’Afrique à moderniser et à densifier les réseaux électriques pour permettre aux investisseurs notamment privés, de participer efficacement au programme de décentralisation énergétique. L’Afrique doit s’inspirer des erreurs commises ailleurs pour éviter d’aller en aventure avec le nucléaire. Il était temps!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*