« Le tabac est une affaire cruciale de santé publique en Europe »

20 décembre 2012
La Commission européenne a présenté aujourd’hui sa nouvelle proposition de directive sur les produits du tabac (TPD). Les eurodéputés verts se félicitent de ce premier pas important mais soulignent que les dispositions relatives à l’emballage et aux additifs doivent encore être améliorées. Cette annonce ne doit pas faire oublier les allégations de corruption ayant mené à la récente démission du commissaire en charge de ce dossier et les nombreuses zones d’ombre qui entourent ce dossier. Communiqué de presse.
Après des mois de controverses, et plus d’une année de retard sur le calendrier, cette loi cruciale pour la santé publique est enfin sur la table. 700 000 Européens meurent prématurément du tabac chaque année en Europe. Pour Michèle Rivasi, eurodéputée EELV, membre de la commission Santé publique, il est donc urgent d’agir :

« Bien que la Commission européenne ait proposé de rendre plus évidents les avertissements sanitaires sur les paquets de cigarettes (la proportion du paquet consacrée aux avertissements de santé passe de 40 à 75 %), on regrettera qu’elle ne soit pas allée jusqu’à proposer des emballages neutres, comme c’est le cas en Australie depuis le 1er décembre 2012. Si nous voulons nous attaquer sérieusement à l’impact sur la santé publique des produits du tabac, nous devons nous assurer qu’ils ne peuvent pas être commercialisés comme des produits « cosmétiques » visant à plaire aux jeunes consommateurs. Malheureusement, la Commission a laissé ce point au bon vouloir des Etats-membres ce qui va favoriser la contrebande entre les Etats européens, et permettra au lobby du tabac d’exercer son influence sur des gouvernements en situation de faiblesse. »


Directive européenne sur les produits du tabac…

La proposition d’interdire certaines saveurs et additifs (vitamines, caféine, colorants…) est bienvenue, mais les eurodéputés écologistes aimeraient voir la législation aller encore plus loin, avec une interdiction totale de toutes les saveurs :

« Les produits du tabac aromatisés proposés par les cigarettiers ne sont qu’un outil de manipulation pour séduire les jeunes consommateurs et cacher l’horrible goût de la première cigarette. Aussi, il est regrettable que rien n’ait été fait pour interdire les composants ammoniaqués puisqu’ils favorisent l’accès de la nicotine au cerveau et aggravent donc l’addiction. C’est exactement ce que ces nouvelles règles auraient du chercher à proscrire », martèle Michèle Rivasi.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*