Le Monde: Les eurodéputés veulent réduire les moyens de spéculer sur la dette publique

8 mars 2011
Les eurodéputés devraient prendre position lundi soir en faveur d’une régulation plus stricte, voire d’une interdiction, de pratiques financières mises en cause dans la crise de la dette, notamment les ventes et achats à découvert de certains titres.

La commission des affaires économiques du Parlement européen doit se prononcer sur des mesures proposées mi-septembre par la Commission européenne. Son rapport servira de base pour les négociations avec les gouvernements de l’UE, qui devraient arrêter leur position courant mars.

« On cible le couple qui sert à spéculer sur la dette souveraine: les CDS à nu et les ventes à découvert », a expliqué à l’AFP le rapporteur parlementaire, le vert français Pascal Canfin.

Les CDS (credit default swaps) sont des sortes d’assurances, des titres qui permettent normalement de se couvrir contre le non remboursement de la dette émise par des pays (obligations souveraines) ou des entreprises. Mais certains acteurs du marché en achètent « à nu », sans détenir les obligations correspondantes, et les utilisent pour faire de la spéculation.

Selon un compromis entre les écologistes, les socialistes et les conservateurs du PPE, les eurodéputés devraient aller un peu plus loin que la proposition initiale de Bruxelles et réclamer l’interdiction de l’achat de CDS souverains par un investisseur qui ne détient pas d’obligation émise par l’Etat correspondant, ou un titre hautement corrélé à l’évolution de la dette publique de ce pays, émis par une banque par exemple.

« On cible tous les achats de CDS spéculatifs, qui ont pour objectif de manipuler le marché afin ensuite de jouer sur les taux » que doivent payer les pays concernés pour emprunter de l’argent sur les marchés, a expliqué à l’AFP le rapporteur parlementaire, Pascal Canfin.

AFP | 07.03.11, Le Monde

Lire la suite ici

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.