Marché carbone : le Parlement européen ruine l’ambition climatique européenne

16 avril 2013
Aujourd’hui, le Parlement européen a refusé la proposition de la Commission européenne d’intervenir sur le marché européen des quotas de CO2 à travers le gel de 900 millions de quotas excédentaires (« backloading ») et a renvoyé le dossier en commission. Cette proposition, pour insuffisante qu’elle soit, aurait permis la survie du marché carbone européen, et l’ouverture d’une perspective de refonte en profondeur du système européen d’échange des quotas d’émissions.
Le marché carbone européen et le système ETS sont loin d’avoir démontré une grande efficacité et ont été marqué ces dernières années par de lourds dysfonctionnements. Alors que ce marché s’est totalement effondré du fait de la crise et de la « générosité » des Etats dans l’allocation des quotas aux secteurs industriels, le vote du Parlement européen ruine aujourd’hui tous les efforts engagés par de nombreuses entreprises pour réduire leurs émissions, investir dans l’innovation, et contribuer à l’économie décarbonée qu’il nous faut atteindre à l’horizon 2050 si nous voulons éviter la catastrophe climatique.

Au minimum, il aurait fallu retirer définitivement du marché, au moins, 1,4 milliards de quotas et réduire le plafonnement des émissions de CO2. « Tous ces dysfonctionnements ont été dénoncés dès le départ par les Verts, rappelle Yannick Jadot, eurodéputé EELV. Mais tuer ce marché, aujourd’hui, c’est supprimer le seul instrument existant, c’est s’interdire de le réformer en profondeur. Ce n’est en rien ouvrir une perspective vers des outils plus efficaces. C’est pourquoi je regrette profondément que la majorité des députés de droite instrumentalisent la crise pour casser toutes les politiques environnementales et certains députés de gauche critiques vis-à-vis du principe du marché carbone. »

La définition d’objectifs climat-énergie à l’horizon 2030 va également s’en trouver négativement impactée. Les enjeux climatiques sont pourtant majeurs pour le présent et l’avenir de nos sociétés comme de nos économies. « Il est dramatique que les intérêts de certains groupes industriels trouvent un tel écho au parlement et nous empêchent d’orienter l’Union européenne vers l’économie innovante de la sobriété carbone de demain », poursuit Yannick Jadot. Au moment où la Chine, l’Australie ou la Corée du Sud sont en train de finaliser leur propre marché carbone, le recul de l’Europe est le pire des signaux et des renoncements. La proposition est pour l’instant renvoyée en commission et devrait donc revenir en plénière d’ici quelques semaines.

– C’est quoi le marché européen du carbone ? Découvrez la brochure des eurodéputés écologistes pour comprendre l’outil européen de lutte contre les émissions de CO2, et comment le perfectionner.

Partager cet article

Un commentaire

  • Francis dit:
     - 

    merci pour l’explication et la désintoxication médiatique via votre brochure qui est très bien faite; elle nous renseigne que d’une part nos objectifs ont déjà été atteints à court terme, ce qui prouve malheureusement a contrario à cause de la crise, que nos objectifs arrêtés de commun accord au niveau européen n’étaient pas ambitieux. Poursuivez votre action au PE car c’est dans les enceintes européennes qu’une solution surgira. Courage et bonne chance, nos enfants vous en seront reconnaissants …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*