Marée noire dans le Golfe du Mexique : « Stop aux apprentis sorciers de l’industrie »

800 000 litres de brut continuent de se déverser quotidiennement dans les eaux du golfe du Mexique depuis l’explosion, le 22 avril dernier, de la plateforme Deepwater Horizon exploitée par la compagnie BP. Pour augmenter la sécurité et éviter qu’une telle catastrophe ait lieu à nouveau, Michèle Rivasi et Sandrine Bélier ont avancé des propositions concrètes au niveau européen.
Ce mercredi 12 mai, l’eurodéputée Europe écologie Michèle Rivasi a demandé la réalisation d’un audit de l’ensemble des plateformes pétrolières afin de vérifier leur vétusté et leur niveau de sécurité, et parvenir à une mise aux normes de ces installations: « Les industries pétrolières ont joué les apprentis sorciers, privilégiant la prospection et l’extraction au détriment de la sécurité et de l’environnement », estime-t-elle soulignant les investissements massifs réalisés pour mettre au point une technologie offshore qui vient d’atteindre ses limites.

Europe écologie met l’accent sur l’évaluation des risques dans l’exploitation des plateformes. Pour modifier la législation actuelle sur les extractions de pétrole, Michèle Rivasi et Sandrine Bélier soutiennent un projet de résolution en préparation au Parlement européen. L’objectif est d’améliorer la prévention de ce type de catastrophes. Sandrine Bélier dénonce de son côté l’impact écologique de la marée noire sur la biodiversité mais aussi dans les secteurs liés à la pêche et au tourisme : « Chercher à limiter a posteriori les dégâts ne suffit pas, ajoute-t-elle, c’est tout un bassin d’emplois qui est condamné. Il faut impérativement intégrer la prévention à la législation. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*