L’ère de la rareté des ressources : la protection du thon rouge est une alerte écologique majeure

16 novembre 2010
Intervention de Jean-Paul Besset dans l’hémicycle du Parlement européen pour exprimer son soutien au rapport du Parlement européen sur la protection du thon rouge (Le rapporteur étant Raul Romeva, député européen du groupe des Verts/ALE)


par EurodeputesEE

Le thon rouge, en tant qu’espèce est menacé de disparaître, et avec lui de nombreux pêcheurs, une activité économique importante et une ressource alimentaire essentielle pour l’humanité. Je voudrais insister sur le sens de ce choc de cette réalité revêt par rapport à la période dans la quelle nous vivons. Pour la première fois, il y a menace manifeste sur un produit de grande consommation, connu de tous, disponibles sur tous les étales de supermarchés et consommés par tous. C’est un signal fort, le signal d’un changement d’époque. La protection du thon rouge devient une alerte écologique majeure et précoce, son sens dépasse largement la seule alerte du thon rouge. La menace sur les stocks de poissons et le nécessaire protection nous sonne symboliquement l’entrée de l’humanité dans une nouvelle ère, celle de la rareté des ressources, ressources halieutiques, ressources alimentaires. Les maîtres mots doivent devenir économie, partage et précaution et non plus gâchis, surproduction, surconsommation.

Du 17 au 27 novembre, les 48 membres de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’atlantique (Cicta) doivent fixer les quotas de la pêche pour 2011-2013. La survie du thon rouge est en jeu dans ces négociations or certains Etats Membres de l’Union européenne dont la France, refusent de réduire les quotas de pêche alors qu’ils s’y étaient engagés.

Pour Jean-Paul Besset (Verts/ALE) membre de la Commission Pêche au Parlement européen :

« Nous soutenons pleinement la position de Mme la Commissaire Maria Damanaki appelant au respect du principe de précaution et à la réduction des quotas pour préserver cette ressource et l’activité future des pêcheurs. La sauvegarde du thon rouge passe par un moratoire complet. Sacrifier l’avenir au bénéfice du présent revient à mener une politique de gribouille qui n’honorerait pas la France. »

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.