Quand Christine Lagarde dit vraiment ce qu’elle pense

18 février 2011
«Je suis ravie que les banques fassent du nouveau des profits. Car pour moi cela fait des impôts!» C’est Christine Lagarde qui a prononcé cette petite phrase (librement traduite par moi puisque les discussions étaient en anglais) ce matin lors d’un séminaire européen organisé en marge du G20 Finances qui a lieu ce week end à Paris, auquel participaient de nombreux financiers, comme le président de la BNP et de la Société Générale et auquel j’assistais en tant que parlementaire européen.
Le lendemain de l’annonce des très bons résultats financiers 2010 de la BNP (près de 8 milliards d’euros de bénéfices) et de la Société Générale (près de 4 milliards ), cela en dit long sur la véritable (non) intention régulatrice de la ministre.

Car la moitié des profits de BNP et de la Société Générale s’explique par les résultats obtenus dans leurs activités dites «de financement et d’investissement», autrement dit sur leurs activités liées aux marchés financiers. Ainsi, peu importe que les profits des banques soient réalisés, pour partie, en spéculant sur les marchés agricoles au détriment des consommateurs des pays pauvres, ou en finançant plus de 500 fonds spéculatifs comme le fait BNP Paribas depuis que la banque a racheté en 2008 ce type d’activité à Bank of America. Finalement, peu importe que ces profits soient réalisés en menant des activités allant parfois totalement à l’encontre d’autres objectifs politiques affichés par la France. Ce qui compte c’est que l’argent rentre. Et quand on sait que ni la Société générale ni la BNP n’ont voulu rendre public le montant total des impôts qu’elles paient effectivement en France, on se dit que l’argument de la ministre n’est peut être même pas justifié…

Lire la suite sur le blog libé.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*