Réchauffement climatique : 30 % de réduction !

4 juillet 2011
Les eurodéputés décideront demain de renforcer ou non l’objectif européen en matière de réduction des gaz à effet de serre. Il est grand temps de passer de 20 % de réduction d’ici 2020 à 30 % ! Un vote positif serait un signal fort lancé aux Etats-membres et à la Commission.
En 2008, en vue de la conférence sur le climat de Copenhague, l’Union européenne avait adopté un Paquet Climat et s’engageait à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 20 % en 2020 (sur la base des niveaux de 1990), avec l’engagement de passer à 30 % en cas d’accord international. En quelques années, la situation politique et économique a beaucoup changé. Les débats de décembre 2009 au Danemark ont mal tourné et n’ont pas abouti à un accord ambitieux. Le rôle auparavant leader de l’Union européenne s’est affaibli.

A Cancun, l’année suivante, alors qu’une crise économique et financière sévissait dans le monde entier, le train des négociations s’est remis péniblement sur le rail, accusant un retard significatif. Les pays les plus polluants continuent de refuser un accord international juridiquement contraignant. En réponse à cette inertie, les eurodéputés Verts/ALE souhaitent que l’Europe montre la voie. Pour limiter le réchauffement et ne pas atteindre le seuil critique, fixé à deux degrés de plus en 2100 (et par rapport à l’ère pré-industrielle), nous devons redoubler d’efforts. Pourquoi ?

– parce qu’atteindre 30 % de réduction ne sera pas aussi difficile qu’on pouvait le penser récemment. En 2009, nos émissions de gaz à effet de serre avaient déjà été réduites de 17 % en raison de la crise économique. Si l’UE atteint ses autres objectifs, en terme de réduction d’énergie et de développement des énergies renouvelables, les 25 % sont à portée de mains.

– parce que l’Europe ne montrera pas la voie si elle attend un accord international pour bouger. Les négociations avancent lentement. La détermination des Etats-membres pourrait accélérer le processus. Sans cette volonté commune de protéger la planète, nous n’obtiendrons jamais un accord juridiquement contraignant. Il est également grand temps de fournir un cadre pour une économie européenne compatible avec la lutte contre le réchauffement climatique.

– parce que relever le défi des 30 % aurait de nombreux impacts positifs sur notre santé, mais aussi sur l’économie et l’emploi. De nombreuses industries attendent cette opportunité. Les technologies vertes ont besoin d’investissement et d’innovation.

– Pour en savoir plus sur les négociations autour de ce rapport de l’écologiste néerlandais Bas Eickhout, lire l’article : Il faut convaincre les Etats-membres que 20 % de réduction ne suffisent pas
Partager cet article

Un commentaire

  • RV dit:
     - 

    pour l’instant les politiques des divers pays européens n’ont pas réussies à inverser la tendance à l’augmentation de l’émission de CO2, pour ne parler que du CO2 . . .
    __________________
    Alors, à quand un moratoire sur les centrales à flammes ????
    __________________
    L’exemple de l’Allemagne est accablant, sortie du nucléaire et développement massif de l’éolien et du photovoltaïque et un bilan carbone en deça de toute attente !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*