Sacs en plastique : l’UE se dote d’une stratégie de réduction de la consommation des sacs en plastique

16 avril 2014
Par un vote du Parlement européen, l’Union européenne vient de se doter d’une stratégie de réduction progressive de la consommation de sacs plastiques légers. Ce texte prévoit notamment une réduction de 80 % du nombre de sacs plastiques en cinq ans, et une facturation obligatoire de ces sacs dans le secteur alimentaire.
Sandrine Bélier, eurodéputée EELV, réagit à ce vote :

« L’Union européenne se saisit enfin du problème des sacs plastiques légers qui sont une source majeure de pollution, notamment dans les rivières et les mers. Alors que chaque Européen consomme encore en moyenne 200 sacs plastiques légers par an, nous avons fixé un cap clair: réduire cette consommation de 80 % en 5 ans. De plus, les pays qui souhaiteront interdire totalement les sacs plastiques légers seront autorisés à le faire.

En obligeant le secteur alimentaire à facturer les sacs plastiques, nous avons adopté une stratégie qui a déjà fait ses preuves, notamment en Irlande où une taxe de quinze centimes sur chaque sac plastique a permis d’en réduire la consommation de près de 90 % en un an !

Je regrette néanmoins que les secteurs non alimentaires ne soient pas couverts par cette obligation: un sac plastique non réutilisable est un déchet inutile, quel que soit le secteur dans lequel il est utilisé.

Cette nouvelle directive n’en reste pas moins une victoire pour l’environnement et la santé des Européens. Les sacs biodégradables et compostables seront favorisés tandis que ceux dits « oxo-biodégradables », qui ne font en réalité que se fragmenter dans la nature, seront éliminés. Enfin, les substances dangereuses qui rentrent dans la composition des sacs seront supprimées.

Cette victoire ne doit pas nous faire oublier de revoir l’ensemble de notre stratégie par rapport aux déchets. Favoriser les matériaux éco-sourcés et biodégradables est une avancée réelle, mais le seul déchet qui ne pollue pas est celui qui n’est pas produit. Nous devons donc mettre l’accent sur la prévention et la réutilisation. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*