Gaz de schiste : pas d’obligation d’étude d’impact environnemental en Europe

Le Parlement européen a définitivement adopté la révision de la directive portant sur les évaluations d’impact environnemental (EIE) de certains projets publics et privés. Les eurodéputés écologistes ont, eux, voté contre cet accord législatif qui n’inclut pas les activités d’exploration et d’extraction des gaz de schiste dans la liste des activités devant obligatoirement faire l’objet d’une EIE. Ils dénoncent l’absence d’encadrement de la fracturation hydraulique en Europe.
Sandrine Bélier, eurodéputée EELV :

« Malgré les avancées apportées par ce texte, nous ne pouvions pas cautionner l’autorisation absurde donnée aux Etats-membres d’exonérer d’études d’impact environnemental les projets utilisant la fracturation hydraulique, seule méthode disponible pour l’exploration et l’extraction

La fracturation hydraulique, la seule technique employée pour extraire les gaz de schiste, est une méthode dangereuse et interdite en France. Ses impacts sur la santé et l’environnement ne sont plus à prouver : contamination chimique des nappes phréatiques, destruction des paysages, et bien sûr effets délétères sur le climat.

Tout ceci justifiait de réviser l’annexe 1 du règlement, qui liste les projets devant obligatoirement faire l’objet d’une EIE, et d’y inclure les projets de fracturation hydraulique. Les EIE permettent d’assurer un niveau minimal de protection et de participation du public et ce texte aurait pu empêcher que ces projets soient imposés à une opinion publique européenne qui les rejette massivement.

Hélas, après avoir obtenu que la Commission européenne ne réglemente pas la fracturation hydraulique, certains pays et les grands énergéticiens continuent leur travail de sape pour rendre l’extraction des gaz de schiste la plus simple et rentable possible, au mépris de l’environnement et de la santé des Européens.

La fracturation hydraulique doit être purement et simplement interdite dans l’Union européenne. Au grand minimum, une étude d’impact environnementale complète doit informer la décision d’autoriser ou non de tels projets. »

Michèle Rivasi, eurodéputée EELV :

« L’enjeu majeur de ce texte pour les écologistes était de parvenir à réviser l’annexe 1 de la directive, afin d’ajouter les projets d’hydrocarbures non-conventionnels à la liste des projets devant obligatoirement faire l’objet d’une étude d’impact environnemental. Malheureusement, la pression exercée par l’industrie pétrogazière et l’opposition de certains États membres à un encadrement trop rigoureux de l’exploitation des gaz et huiles de schiste a eu raison des préoccupations environnementales des citoyens et des députés européens. En effet, le Parlement européen avait exigé l’intégration des hydrocarbures non-conventionnels dans l’annexe 1 en première lecture: quelques États membres égoïstes ont imposé leur diktat aux nombreuses régions et communes européennes qui ont exprimé le souhait d’interdire la fracturation hydraulique sur leur territoire, seule technique disponible pour extraire les hydrocarbures non-conventionnels.

Malgré des avancées sensibles obtenues sur la transparence, la participation publique et l’intégration de nouveaux facteurs environnementaux (biodiversité et climat notamment), les eurodéputés écologistes n’ont pas pu cautionner ce texte qui exclut de fait une des mesures les plus rapides et les plus urgentes à mettre en place au niveau européen pour un meilleur encadrement de la fracturation hydraulique. Les études d’impact environnemental sont une garantie indispensable à la protection de l’environnement et de la santé des citoyens ».

Partager cet article

Un commentaire

  • de Faria Lionel dit:
     - 

    Quels sont ces états membres de l’Union qui ont réussi à imposer ce texte avec l’appui des lobbies pétrochimiques (ou l’inverse),pour que l’on n’y mette plus les pieds…?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension