Non classé

Spéculation sur les matières premières : l’Europe doit aller de l’avant

28 février 2011
Face à la flambée des cours qui fait craindre une grave crise alimentaire, l’Union européenne a le pouvoir et le devoir d’agir.
Le prix du blé a retrouvé ces plus hauts niveaux atteints en juillet 2008 en s’affichant à plus de 7 dollars le boisseau à Chicago. Une flambée qui fait peser une lourde menace sur l’alimentation de centaines de millions d’habitants des pays en développement. Au même moment, le G20 finances à Paris échouait à adopter une position ambitieuse contre la spéculation sur les matières premières. Les grands pays exportateurs, Brésil en tête, voient en effet d’un mauvais œil toutes mesures qui auraient pour effet d’encadrer la variation des prix. Faute de consensus mondial, serions-nous contraints de laisser les marchés décider de l’accès à l’alimentation d’une partie de la planète ? Non, car l’impasse au G20 n’empêche pas l’Europe d’avancer, notamment en partenariat avec les principaux pays importateurs dont les populations, en cas de crise, sont les premières victimes de l’envolée des prix.

Lire la suite sur le blog de Terra Eco

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.