Stratégie nationale pour la biodiversité : où sont les engagements de Nagoya*?

19 mai 2011
Le gouvernement français vient de publier aujourd’hui sa stratégie 2011-2020 pour la biodiversité. Quelques mois après l’engagement international pris au Sommet onusien sur la biodiversité à Nagoya, Japon (octobre 2010), et une semaine après la publication de la Stratégie européenne par la Commission, ce texte tant attendu est un premier pas pour répondre aux défis actuels.
Le gouvernement français vient de publier aujourd’hui sa stratégie 2011-2020 pour la biodiversité. Quelques mois après l’engagement international pris au Sommet onusien sur la biodiversité à Nagoya, Japon (octobre 2010), et une semaine après la publication de la Stratégie européenne par la Commission, ce texte tant attendu est un premier pas pour répondre aux défis actuels.

Pour Sandrine Bélier, Députée européenne Europe-Ecologie-Les Verts : « Cette stratégie nationale pose un cadre de travail pour répondre à la perte de notre biodiversité à l’horizon 2020. Mais elle manque encore aujourd’hui de précision sur sa mise en œuvre et son articulation avec les territoires et l’Europe. Nous ne pourrons réussir sans portage politique fort et sans mesures concrètes. La préservation de la biodiversité doit être expressément inscrites dans toutes les politiques sectorielles en associant dès l’origine tous les acteurs concernés et les engagements financiers doivent être à la hauteur de l’enjeu. »

Et Sandrine Bélier, membre de la commission parlementaire environnement, d’ajouter : « Au Sommet de Nagoya, la France promettait de consacrer 4 milliards d’euros d’ici 2020 pour la protection de la biodiversité. Cette promesse financière a pourtant disparu. Le gouvernement ne peut jouer l’amnésique, il doit prendre les engagements financiers nécessaires et notamment ne pas investir dans les projets incompatibles avec la préservation de la biodiversité. Sans moyens et sans arbitrage politique sur cette question, on le sait maintenant par expérience, cette stratégie ne restera qu’un document de cadrage sans efficacité, et nous ne pouvons plus nous permettre l’échec ! »

* « Entre 2011 et 2020, la France consacrera à la biodiversité plus de 4 milliards d’euros via principalement l’aide publique au développement et les instruments innovants« , a annoncé, le 28 octobre 2010 à Nagoya, Chantal Jouanno, alors secrétaire d’Etat à l’Ecologie, dans un discours prononcé devant les représentants de plus de 190 pays.

Contact :

Patricia Gueguen : 03 88 17 7 1 50, 07 60 71 19 83

Bureau de Bruxelles : +32 2 28 37150

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*