Syrie: Un principe européen de neutralité humanitaire très partial

14 mars 2013
Syrie: Un principe européen de neutralité humanitaire très partial

Le 15 mars 2013 marquera les deux ans de guerre civile en Syrie. Le bilan est très lourd: 70 000 morts, 1 million de réfugiés dans les camps limitrophes aujourd’hui 4 millions d’ici la fin de l’année, 3 millions de Syriens menacés par l’insécurité alimentaire. Les pays d’accueil sont en surcapacité et leur équilibre intérieur est remis en cause par cet afflux massif de réfugiés. La crise est devenue régionale. Bien que l’UE soit la première contributrice, son aide peine à parvenir dans les zones libérées du fait de l’interprétation littérale par la Commission du principe de neutralité humanitaire qui la force à passer par le croissant rouge syrien, organe contrôlé par le gouvernement syrien, pour distribuer l’aide. A peine 10% des fonds passant par cet organisme arriveraient ainsi dans ces zones les plus touchées par les combats. Face à ce constat, Hélène Flautre appelle à une diversification rapide des canaux de distribution de l’aide européenne et critique le manque de soutien et de coopération européenne en faveur de la Coalition nationale des forces de l’opposition, pourtant en charge des zones libérées.


Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*