Une autre mobilité est non seulement possible mais également indispensable

2 décembre 2015
Le Parlement européen a adopté mercredi 2 décembre le rapport de la députée Verts-ALE Karima DELLI sur la mobilité urbaine qui demande de réorienter la politique des transports dans nos villes.
 
Déclaration de Karima Delli, coordinatrice de la commission Transport pour le groupe des Verts/ALE :

« La mobilité est cœur de deux défis majeurs de notre siècle : le dérèglement climatique et l’inclusion sociale. D’ici quelques années, 80% des Européens vivront en ville. Aussi, le modèle actuel de nos villes organisées autour de la voiture individuelle est dépassé. Notre dépendance au pétrole et aux énergies fossiles est devenue insoutenable.

Avec ce rapport, les députés insistent sur la nécessité d’opter pour de nouveaux paradigmes afin de rendre notre mobilité durable. Celle-ci requiert la collaboration des États-membres, des autorités régionales et locales pour mettre en place des plans de mobilité durables ambitieux, sur le modèle des villes européennes où la neutralité carbone des transports a déjà largement fait ses preuves.

Les solutions sont à portée de main : sortir les voitures à carburant conventionnel des centres-villes d’ici 2050 ; favoriser l’essor de modes de transports propres comme le tramway, le vélo, le téléphérique et l’auto-partage ; flécher les recettes de l’eurovignette vers la mobilité urbaine durable ; généraliser la logistique verte et enfin promouvoir une chaine de mobilité intermodale redonnant toute sa place au vélo, à la marche et aux transports collectifs. Sans oublier les nouvelles technologies ou « transports intelligents » qui devront jouer un rôle essentiel pour faire baisser le trafic.

Ce rapport adopté au moment où se déroule la COP21 insiste sur la nécessité d’une réduction substantielle des émissions polluantes dans les villes. Il appelle notamment à revoir la législation européenne sur la qualité de l’air et à la mise en place rapide de tests en conditions réelles.

Comme l’a montré le scandale Volkswagen, le poids démesuré des lobbies constitue une menace directe pour l’élaboration et la mise en oeuvre de lois censées défendre avant tout l’intérêt général et la santé des citoyens.

Qu’on le veuille ou non, le diesel est reconnu comme une substance cancérigène dont il faudra bien finir par sortir, en mettant notamment fin aux avantages fiscaux dont il bénéficie encore dans de trop nombreux pays européens. »

Intervention de Karima Delli en mini plénière à Bruxelles:

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*