Accord conclu pour protéger les lanceurs d’alerte : une victoire pour la démocratie et la transparence !

12 mars 2019

Le Parlement européen, la Commission et le Conseil ont enfin conclut les négociations sur la proposition de directive européenne relative à la protection des lanceurs d’alerte. Cette nouvelle législation est le résultat d’un travail assidu des écologistes européens. Réaction d’Eva JOLY.

Dès mai 2016, le groupe Verts/ALE présentait un projet de directive. En avril 2018, la Commission a publié sa proposition législative.

La directive offrira enfin de véritables garanties juridiques et une protection aux personnes qui souhaitent s’exprimer lorsqu’elles sont confrontées à des actes illicites ou contraire à l’intérêt général dans le cadre de leurs activités professionnelles.

Elle obligera désormais tous les pays de l’UE à adopter des mesures pour protéger efficacement les lanceurs d’alerte telles que le choix le plus opportun des canaux de signalement, la confidentialité, la protection juridique et les sanctions pour ceux qui tentent de poursuivre, voire de persécuter les lanceurs d’alerte, afin de les contraindre au silence.

Déclaration d’Eva JOLY, Vice-Présidente de la Commission TAX3 :

« Les lanceurs d’alerte, dans leur défense de l’intérêt général, sont essentiels au bon fonctionnement démocratique. C’est grâce à des gens courageux, notamment Antoine Deltour dans l’affaire des LuxLeaks, que la démocratie et la transparence avancent en Europe. C’est bien souvent sur les révélations de lanceurs d’alerte que, nous, écologistes européens avons pu fonder nos combats, notamment en matière fiscale mais aussi environnementale ou de santé.

C’est l’aboutissement d’un long combat de notre groupe Verts-ALE et nous nous réjouissons de voir notre projet de législation européenne de protection des lanceurs d’alerte aboutir alors que la Commission s’y opposait farouchement en 2014.

Les lanceurs d’alerte ne seront pas obligés de passer d’abord par leur hiérarchie, contrairement à ce que voulaient les États-Membres, dont la France d’Emmanuel Macron. Ceci aurait enlevé tout l’intérêt de cette protection.

Cette directive sera le contrepoids nécessaire à la fameuse et terrible directive secret des affaires. C’est un grand jour pour la vérité, pour la défense et la protection de l’intérêt général face aux intérêts privés. L’accord trouvé hier soir ne doit pas nous faire oublier les lanceurs d’alerte qui sont en ce moment-même poursuivis pour avoir dit la vérité et dévoilé des schémas industriels d’évasion fiscale, notamment dans le milieu du football comme le journaliste portugais Rui Pinto actuellement en proie à des poursuites judiciaires scandaleuses. »

Retrouvez cet article sur Twitter : https://twitter.com/EvaJoly/status/1105417881414713344
Partager cet article

4 commentaires

  • Edmond Harlé dit:
     - 

    serait-il possible de m’envoyer cette directive en français ou l’adresse où le lien pour la trouver étant moi-même poursuivi pour voir dénoncé le danger d’enfouir de l’amiante au contact direct de la nappe phréatique. Merci

    • Delegation dit:
       - 

      Bonjour M. Harlé.
      Pour des raisons de dispositions essentiellement techniques restant à régler et de traductions, le texte définitif ne sera disponible qu’aux alentours de son vote final en session plénière, a priori en avril 2019.

  • Dan Lauton dit:
     - 

    PAS CONFIANCE !
    J’attends de lire le texte.
    De vérifier la liberté d’échange avec les médias.

  • ALAIN Pierre dit:
     - 

    Est-ce que sera valable pour les fonctionnaires dans le cadre de leur travail ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.