« Aucune société ne peut se développer en laissant 20 ou 30% de sa jeunesse au chômage ! »

3 novembre 2017

Cure de jouvence en vue de la vie politique européenne ? Beaucoup peut et doit être fait pour permettre à la jeunesse d’avoir toute sa place dans nos sociétés et sa participation au débat public estime Pascal DURAND qui répond aux questions du Taurillon, le magazine des Jeunes européens. 

Le Taurillon a interviewé Pascal DURAND, député européen du groupe Verts/ALE, en marge de l’évènement de lancement de la nouvelle campagne « Jeunesse, Europe et Educ’ Pop » de Provox, plateforme française du dialogue structuré. L’occasion pour l’eurodéputé d’appeler les responsables politiques européens a réellement faire de la jeunesse une priorité.

Le Taurillon : Que pensez-vous de cette consultation des jeunes par le dialogue structuré dans le cadre de la campagne Provox ?

Pascal Durand : D’une manière générale, le fait que l’on essaie de rapprocher les institutions européennes de la jeunesse et des citoyens est évidemment une bonne nouvelle. Cependant, si la Commission veut vraiment se rapprocher des jeunes et des citoyens elle devrait déjà donner suite aux initiatives citoyennes européennes qui viennent jusqu’à elle. C’est une avancée du Traité de Lisbonne et un vrai levier qui permet un lien direct entre ce que demande un million de citoyens (minimum) à travers l’Europe et de potentielles initiatives législatives. Donc il faut ouvrir de nouvelles portes comme celles qu’Emmanuel Macron ouvre avec ses conventions citoyennes. Tout cela fait vivre l’Europe et le débat et donne envie de politique. Pour que cela marche il faut néanmoins que cela débouche sur du concret et que les citoyens aient le sentiment d’être réellement entendus.

Il est positif d’avoir des politiques européennes pour la jeunesse, mais les jeunes sont aussi des citoyens comme les autres. Comment faire pour mieux inclure les problématiques des jeunes dans l’ensemble des politiques européennes ?

Pascal Durand : Déjà en leur faisant intégrer les institutions, en leur donnant un rôle en responsabilité. Les jeunes ne doivent pas être une simple réserve de voix que l’on vient chercher au moment des élections. Il faut rajeunir les listes, rajeunir les institutions et faire en sorte que les partis politiques changent leurs moyens de sélectionner les candidates et candidats.

Retrouvez la suite de cet entretien sur le site du Taurillon sous ce lien.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*