COP15 à la Convention sur la diversité biologique – Kunming (2020)

Le Parlement européen a adopté la première résolution du mandat sur la protection de la biodiversité. Le 26 février prochain, la Commission européenne devrait présenter sa stratégie sur la biodiversité ainsi que la loi climatique. La 15e réunion de la Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (COP 15) se déroulera à Kunming, en Chine, du 19 octobre au 1er novembre 2020. Réactions de Marie TOUSSAINT et Michèle RIVASI.

Déclaration de Marie TOUSSAINT, membre de la Commission de l’environnement et de la santé publique :

« Face à l’effondrement des écosystèmes et la perte de biodiversité, un nouvel accord mondial contraignant pour protéger les communs naturels est nécessaire. Nous devons également fixer des objectifs concrets et mesurables afin de préserver la biodiversité et les écosystèmes marins et terrestres. 

Les Nations-Unies ont proposé de préserver 30% de la surface de la planète. L’UE doit montrer la voie en adoptant, notamment, des objectifs contraignants de restauration d’au moins 30% des écosystèmes dégradés et de protection de 30% supplémentaires des zones terrestres et marines d’ici 2030.

L’Europe doit porter, à l’automne 2020, l’octroi d’un statut aux écosystèmes et la reconnaissance des droits de la nature afin de les protéger efficacement par-delà les frontières. »

Déclaration de Michèle RIVASI, membre de la Commission de l’environnement et de la santé publique :

« L’Europe doit défendre une position claire et forte à Kunming. Nous avons le devoir de préserver les écosystèmes, de replanter des forêts, de dépolluer les océans et de privilégier une agriculture saine, sans OGM ni pesticide.

Nous réclamons de la Commission une révision fondamentale de sa position sur la future Politique Agricole Commune afin de la rendre compatible avec les ambitions de l’UE sur le climat et la biodiversité.

La nature est essentielle à la réalisation des objectifs de développement durable. La perte de biodiversité impacte les peuples autochtones, les pays en voie de développement, la souveraineté alimentaire et la santé des populations… Nous sommes face à une priorité absolue. »

 

Les demandes des Verts/ALE :
– Améliorer la biodiversité et la protection du climat et demander un objectif d’au moins 10% des dépenses liées à la biodiversité dans le prochain CFP et de doubler au moins le financement actuel du programme LIFE ;
– Un moratoire mondial sur le « forçage génétique » (« gene drive », en anglais) ;
– Une législation contraignante pour réduire de manière drastique l’utilisation des pesticides de 50 % d’ici 2025, en vue de l’élimination progressive des pesticides chimiques dans 15 ans.

 

Ci-dessous les interventions de Michèle RIVASI et Marie TOUSSAINT lors du débat sur ce sujet au Parlement européen.

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.