Enfants français des camps syriens  :  le gouvernement devant ses responsabilités

26 septembre 2019

[ COMMUNIQUÉ de Mounir SATOURI ] 

Alors que la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) vient de publier un communiqué, Mounir SATOURI en appelle à la responsabilité de l’Etat français envers ses propres ressortissant.e.s.

La Commission nationale consultative des Droits de l’Homme vient de publier un communiqué exhortant le gouvernement français à rapatrier d’urgence tous les enfants et leurs parents retenus dans trois camps du Nord-Est syrien. Après les plaintes déposées par des familles et leurs avocats, auprès de la Cour de Justice de la République dénonçant l’inaction de M. Le Drian, c’est une nouvelle remise en cause de la posture du gouvernement français.

Dans son avis, la CNCDH appelle la France à respecter ses engagements internationaux et les dispositions constitutionnelles relatifs à la protection de la dignité humaine. 

A ce jour, il est établi que 2 à 300 enfants français sont retenus dans les camps contrôlés par les Kurdes, la plupart âgé.e.s de moins de 5 ans. 

Pour Mounir Satouri, député européen membre de la commission des Droits humains,

“Il est urgent, pour des raisons humanitaires, de rapatrier ces enfants. La France ne peut se rendre complice du maintien de ces enfants dans une situation déplorable et responsable de la mort d’enfants français, quelle que soit la responsabilité de leurs parents. La France ne peut rester sourde à l’appel des familles en France qui sont totalement démunies face à la dégradation des conditions d’hygiène et de salubrité de leurs neveux, nièces ou petits-enfants. 

Il serait incompréhensible que la France se rende elle-même responsable d’une atteinte grave aux valeurs de la République française et à la protection des droits humains. L’Union européenne doit agir auprès de tous les Etats membres, en particulier les plus récalcitrants pour engager ces rapatriements urgents. »

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.