Halte aux nitrites dans la charcuterie industrielle

22 février 2018

Mercredi 21 février 2018, Michèle RIVASI organisait à Bruxelles une conférence de presse ainsi qu’une chasse aux nitrites dans les supermarchés afin de sensibiliser aux risques pour la santé liés à la consommation des charcuteries industrielles qui en contiennent massivement.

Michèle RIVASI rappelle : « Chaque année, il y a plus de 40 000 nouveaux cas de cancers colorectaux. Ce chiffre explose. 42% en meurent, soit 17 700 décès par an en France ; 152 000 en Europe ; 700 000 dans le monde. On sait que seulement 5 à 10% de ces cancers sont d’origine génétique.

Les autres pourraient être liés à la présence de nitrites dans la charcuterie industrielle notamment. Celles-ci, enrichies en nitrites, sont déclarées cancérogènes pour l’homme par le CIRC. En 2007 déjà, le World Cancer Research Fund a recommandé d’éviter totalement la consommation de charcuterie.

Mais l’EFSA, comme pour le glyphosate, brouille les cartes et se fait aussi l’avocat des risques de botulisme pour justifier de son inaction dans la régulation des additifs cancérogènes dans la charcuterie industrielle européenne.

Pourtant, fabriquer de la charcuterie sans nitrites et nitrates, c’est possible. On a l’exemple du jambon de Parme qui produit 9 millions de jambons par an sans avoir un seul cas de botulisme en 25 ans grâce à une hygiène stricte.

Le principe de précaution impose que les nitrites dans la charcuterie soient bannis dès demain en France (et dans les cantines scolaires en priorité) puis à l’échelle européenne. »


Cette action était menée avec, entre autres, Guillaume COUDRAY, auteur du livre Cochonnerie, comment la charcuterie est devenue un poison et du documentaire de Cash Investigation sur le sujet, à revoir ci-dessous.

 

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.