Laura Kovesi reste la candidate officielle du Parlement européen

29 mars 2019

La magistrate roumaine Laura Codruta Kovesi, l’une des candidates au poste de procureur européen en chef, a été inculpée pour corruption par l’ »Unité d’enquête sur les magistrats » mise en place récemment par le gouvernement social-démocrate. Il lui est désormais interdit de quitter le pays ou de parler aux médias. Réaction d’Eva JOLY qui voit là une manœuvre de plus du gouvernement roumain pour l’écarter.

Eva JOLY déclare :

« On peut légitimement s’interroger sur les fondements et les motivations derrière les accusations à l’encontre de Laura Kovesi de la part d’une unité judiciaire contrôlée directement par le gouvernement, et alors que ce gouvernement est farouchement opposé à ce qu’elle devienne la Cheffe du nouveau Parquet européen. La création de cette unité spéciale va à l’encontre des principes fondamentaux de la séparation des pouvoirs et de l’État de droit, comme s’en est d’ailleurs vivement inquiétée la Commission de Venise du Conseil de l’Europe. L’interdiction qui est faite à Laura Kövesi de parler aux médias semble d’ailleurs totalement disproportionnée et avoir pour seul but de nuire encore davantage à sa candidature pour le Parquet européen.

Au cours de la procédure de sélection par le parlement européen, Laura Kovesi avait apporté en toute transparence des réponses claires aux faits qui lui sont actuellement reprochés. Laura Kovesi reste la candidate officielle du Parlement européen au poste de Cheffe du Parquet européen. Les manœuvres du gouvernement roumain ne doivent pas influencer le processus de sélection en cours qui doit rester loyal et équitable. »

Partager cet article

Un commentaire